Les tarifs réglementés de l'électricité vont augmenter en France de 3% pour les particuliers dès le 15 août prochain

Les particuliers ne vont pas être les seuls à voir leurs factures progresser puisque les tarifs bleus pros (artisans, professions libérales) prennent 4%, les tarifs jaunes (PME-PMI) 4,5% et les tarifs verts (grandes entreprises) 5,5%.Cette hausse plaît aux marchés financiers: l'action EDF était en hausse mercredi à la Bourse de Paris.

Henri Proglio, PDG d\'EDF - 30/07/10
Henri Proglio, PDG d'EDF - 30/07/10 (AFP Bertrand Guay)

Les particuliers ne vont pas être les seuls à voir leurs factures progresser puisque les tarifs bleus pros (artisans, professions libérales) prennent 4%, les tarifs jaunes (PME-PMI) 4,5% et les tarifs verts (grandes entreprises) 5,5%.

Cette hausse plaît aux marchés financiers: l'action EDF était en hausse mercredi à la Bourse de Paris.

Environ 94% des consommateurs sont actuellement soumis aux tarifs réglementés proposés par EDF.

La facture d'électricité avait augmenté de 2,3% en moyenne en août 2009 (+1,9% pour les ménages et +4 à 5% pour les entreprises), de 2% en 2008 et de 1,1% en 2007.

Ces tarifs, révisés traditionnellement chaque 15 août, sont fixés conjointement par le ministère de l'Energie et celui de l'Economie. La Commission de régulation de l'Energie (CRE), autorité de régulation du secteur, rend un avis sur ces révisions tarifaires mais celui-ci est purement consultatif.

Selon l'institut européen des statistiques Eurostat, l'électricité française était 25% moins chère que la moyenne européenne fin 2009.

Le 30 juillet, EDF, cotée en bourse, avait annoncé une chute de ses profits de 46,9%. Celle-ci s'explique essentiellement par une provision d'un milliard d'euros passée pour couvrir les risques de perte de valeur des actifs du groupe français aux Etats-Unis. Par ailleurs, EDF a officialisé un retard de deux ans pour le réacteur EPR de Flamanville réalisé avec Areva, dont EDF pourrait prendre une partie du capital.

Pour le PS, cette hausse est "destinée à anticiper les effets du projet de loi portant nouvelle organisation du marché de l'électricité (NOME )" qui doit revenir en seconde lecture à l'Assemblée nationale à la rentrée. Cette loi est loin de rassembler, ses détracteurs dénonçant des conséquences financières pour les particuliers avec des hausses de tarifs évaluées entre 7 et 11%, selon les projections de la Commission de la régulation de l'Energie (CRE). Cette loi oblige EDF a fournir une partie de sa production nucléaire, à un faible prix, à ses concurrents, dans le cadre de la "libéralisation" du marché de l'énergie décidée par la France et l'Europe.

Côté gaz, les prix avaient augmenté de 5% début juillet, soit environ 15% environ depuis le début de l'année 2010.