Les réseaux bancaires de la Société générale et du Crédit du Nord vont fusionner, entraînant la fermeture de 600 agences

Le rapprochement ne nécessitera "aucun départ contraint", assure Sébastien Proto, directeur général adjoint du groupe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une agence Société générale à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 5 novembre 2015. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Le groupe bancaire Société générale a annoncé, lundi 7 décembre, vouloir fusionner ses réseaux de détail Société générale et Crédit du Nord. En cause, l'anticipation de l'accélération de l'évolution des comportements clients au sortir de la crise du Covid-19, avec un recours accru aux services en ligne et des attentes encore plus fortes de réactivité et d'immédiateté dans les services bancaires.

Le projet impliquera la fermeture de 600 agences en vue de créer un nouvel ensemble servant dix millions de clients, qui devrait être opérationnel au premier semestre 2023, précise un communiqué.

"Aucun départ contraint"

Le groupe entend préserver la même empreinte territoriale tout en réduisant le nombre d'agences – dans une même ville, il y a en effet souvent des agences des deux enseignes à proximité l'une de l'autre. Il passera ainsi d'environ 2 100 agences à fin 2020 à environ 1 500 à fin 2025.

Le rapprochement ne nécessitera "aucun licenciement, aucun départ contraint", a assuré Sébastien Proto, directeur général adjoint du groupe. Ce dernier estime que les départs naturels ces prochaines années permettront de mener à bien le projet, tout en continuant à recruter.

Mais les syndicats craignent de nombreuses suppressions d'emplois, en raison des doublons entre les deux structures. La CFDT du Crédit du Nord avait estimé que les deux banques pourraient perdre au moins "entre 3 000 et 5 000 emplois".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.