Les Français sceptiques sur la capacité du gouvernement à garantir les retraites

Ils sont 76% des interrogés à ne pas faire confiance au gouvernement pour assurer l'avenir du système de retraites.

Une manifestation de retraités en octobre 2012, à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Une manifestation de retraités en octobre 2012, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le gouvernement parviendra-t-il à assurer l'avenir du régime des retraites ? L'exécutif, qui prépare une réforme, n'a pas encore fait connaître ses intentions, mais déjà les Français ne lui font pas confiance.

Selon un sondage Ipsos pour l'Union mutualiste retraite et le magazine Liaisons sociales, publié jeudi 2 mai, 76% des personnes interrogées disent ne pas faire confiance "au gouvernement pour assurer l'avenir des retraites" : 50% ne lui font "pas du tout confiance" et 26% "plutôt pas confiance". Seuls 4% lui font "tout à fait confiance" et 20% "plutôt confiance".

D'après ce sondage, 63% des Français se prononcent pour une réforme "en profondeur du système en mettant à plat tous les sujets". Mais ils ne sont que 31% à souhaiter "qu'on aménage en partie le système afin de contribuer à résoudre les problèmes de financement les plus importants mais sans risquer de blocage social".

Inquiétude record depuis 2009

Sur les mesures à prendre, 66% jugent "nécessaire" une augmentation de la durée de cotisation, 63% une hausse des cotisations retraite des salariés et des entreprises, et 61% un relèvement de l'âge légal de départ.

Concernant les conditions de vie des retraités, 80% des personnes interrogées sont inquiètes quant au montant de leur future pension, et 71% le sont pour leur niveau de vie. De plus, 58% d'entre elles sont inquiètes sur leur capacité à vivre de manière indépendante à la retraite et 57% le sont sur la santé et l'accès aux soins.

L'inquiétude atteint des niveaux records par rapport aux précédentes éditions de ce sondage : 17% seulement des Français interrogés se disent confiants sur le montant de leur retraite (ils étaient 22% en octobre 2012), ce qui représente le plus bas niveau depuis avril 2009.