Cet article date de plus de cinq ans.

La loi sur l’étiquetage des allergènes est peu respectée

Selon une enquête de l’UFC Que Choisir, l'étiquetage sur la présence d'allergènes dans les aliments non-emballés est loin d'être une réalité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Une étiquette prévient de la présence d’allergènes © MaxPPP)

Depuis le 1er juillet 2015 l'étiquetage des d'allergènes dans les aliments non-emballés est obligatoire. En France, entre 6 et 9 millions de personnes souffrent d'allergies et d'intolérances alimentaires. La seule solution pour éviter un accident est donc d'éviter les aliments qui contiennent des substances allergènes.

Des enquêteurs de l'association UFC Que Choisir se sont rendus au mois de mars dernier dans 375 commerces situés dans 81 départements. Résultat : peu de commerces se conforment à la loi.

En queue de peloton, Géant/Casino

Une seule catégorie d'établissements donne une information claire et précise sur les allergènes : les chaines de restauration rapide que ce soit Mc Do, Quick ou KFC. La situation est plus hétérogène dans les rayons coupe de la grande distribution : Monoprix se détache avec 88 % des magasins visités qui respectent la législation, la queue du peloton étant tenue par Géant/Casino avec seulement 57 % de magasins conformes. Mais le plus souvent ces informations sont difficiles à trouver avec des affichettes de petites tailles.

Les commerces artisanaux le plus souvent hors la loi

Enfin les commerces artisanaux : boulangeries-pâtisseries, traiteurs et restaurants de quartier sont très largement hors la loi : les 3/4 ne publient pas la moindre information écrite sur les allergènes. L'UFC Que choisir demande aux pouvoirs publics de mieux contrôler la bonne application de la nouvelle réglementation et réclame une réécriture du décret pour préciser que les allergènes doivent être indiqués sur des étiquettes placées directement auprès des aliments.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.