Cet article date de plus de douze ans.

La Grèce a émis mardi avec succès des bons du Trésor après la concrétisation ce week-end du plan d'aide européen

Signe d'un retour de confiance des marchés envers Athènes, le pays a émis des bons du Trésor à court terme pour 1,56 milliard d'euros, un montant supérieur à l'objectif de 1,2 milliard d'euros prévu.Le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, a affirmé que son pays entendait "continuer d'emprunter sans problèmes sur les marchés".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les bons du Trésor émis par Athènes ont suscité une très forte demande des investisseurs. (France 2)

Signe d'un retour de confiance des marchés envers Athènes, le pays a émis des bons du Trésor à court terme pour 1,56 milliard d'euros, un montant supérieur à l'objectif de 1,2 milliard d'euros prévu.

Le ministre grec des Finances, Georges Papaconstantinou, a affirmé que son pays entendait "continuer d'emprunter sans problèmes sur les marchés".

La Grèce a opéré son retour sur les marchés en plaçant 780 millions d'euros de bons à 26 semaines à un taux de 4,55% et 780 millions d'euros de bons à 52 semaines à un taux de 4,85%, dépassant son objectif qu'elle avait fixé à 1,2 milliard d'euros.

Le ministre grec des Finances a réitéré que son pays "n'a pas demandé l'activation du mécanisme d'aide" européen annoncé dimanche par les dirigeants de la zone euro qui prévoit des prêts bilatéraux à hauteur de 30 milliards d'euros.

L'annonce du plan de l'eurozone, auquel le FMI rajouterait vraisemblablement de 10 à 15 milliards d'euros, avait déjà provoqué depuis lundi une chute spectaculaire des coûts auxquels Athènes devrait emprunter sur les marchés obligataires.

La somme dont la Grèce pourrait disposer si elle se décidait à activer le mécanisme UE-FMI dépasserait largement ses besoins de financement pour 2010, estimés à 32 milliards d'euros pour le reste de l'année par l'Organisme de gestion de la dette.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a noté mardi qu'il n'y a pas de "confusion, ni de mésentente" entre Européens sur le déclenchement ou les modalités techniques de ce plan, qu'elle a qualifié d'"historique".

Le plan d'aide européen à la Grèce a "désamorcé" la crise et devrait empêcher qu'Athènes devienne la cible de spéculateurs, a estimé pour sa part mardi le chef de la Banque centrale autrichienne Ewald Nowotny, également membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.