Cet article date de plus d'onze ans.

La Cour des comptes épingle la gestion de l'après-Xynthia

Dans un rapport publié jeudi, l'institution pointe des dépenses "redondantes et inutiles".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un bulldozer détruit une maison ravagée par la tempête Xynthia, le 31 mars 2011 à La Faute-sur-Mer (Vendée). (FRANK PERRY / AFP)

Plus de deux ans après la tempête Xynthia, qui a fait 47 morts sur la côte atlantique, la Cour des comptes épingle, dans un rapport publié jeudi 5 juillet, le "caractère précipité" des rachats par l'Etat d'habitations dans les zones classées les plus dangereuses, ce qui a entraîné des dépenses "redondantes et inutiles".

"Le caractère précipité des premières décisions a entraîné de lourdes conséquences avec des approximations, des compromis, voire des transgressions de la réglementation et au bout du compte des dépenses se révélant redondantes et inutiles", affirme la Cour.

Elaboré avec l'aide des chambres régionales des comptes, ce document de 300 pages souligne que les indemnisations après la tempête des 27 et 28 février 2010 ont été "très complètes, mais avec des incohérences". Exemples à l'appui, le rapport dénonce en particulier l'acquisition de maisons situées hors des zones d'expropriations, qui a coûté à l'Etat 84 millions d'euros. "La seule présence dans une zone inconstructible, déclarée rouge dans le plan de prévention des risques, ne suffit pas en effet à justifier un rachat de maison, qui doit, selon la loi et le bon usage des fonds publics, être limité aux cas où aucune mesure de protection moins coûteuse n'est possible."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.