Cet article date de plus d'onze ans.

Le FN veut déménager son siège à Paris

NANTERRE - Profitant de finances de nouveau au beau fixe, le Front national envisage de quitter son QG de Nanterre pour s'implanter, "à moyen terme", dans la capitale.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Carré, siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine), ici le 14 décembre 2008 lors de son inauguration. (BORIS HORVAT / AFP)

Fort d'un budget en augmentation après son bon score aux législatives, le Front national envisage de déménager son siège actuellement installé à Nanterre (Hauts-de-Seine) pour s'implanter à Paris, même si le projet n'est pas envisagé qu'à "moyen terme".

"Nous avons pour projet à moyen terme d'avoir un siège dans la capitale", a déclaré à l'AFP Steeve Briois, secrétaire général du FN, confirmant une information du Parisien"Cela fait partie des projets que nous avons dans nos cartons. Il est vrai que nous aimerions avoir un grand siège confortable dans Paris intramuros, mais cela ne constitue pas une priorité. Il est bien entendu qu'auparavant, il faudra évidemment consolider le financement du FN", a-t-il précisé.

Redevenir propriétaire

Au regard de ses bons résultats aux législatives (13,6% des voix), le parti de Marine Le Pen devrait voir ses subventions publiques passer de 2 à 6 millions d'euros par an pour les cinq prochaines années. "Nous faisons pour l'instant des hypothèses sur des montants que nous ne connaissons pas encore, a poursuivi Steeve Briois. Il faut attendre que les comptes soient validés et partant de là, je pense qu'on pourra effectivement étudier une éventuelle implantation sur la capitale."

"Nous n'en sommes qu'aux prémices de ce projet et il nous semble de plus souhaitable d'attendre que le marché de l'immobilier soit plus favorable pour faire une acquisition", a-t-il ajouté.

Longtemps installé à Saint-Cloud, le parti d'extrême-droite a été propriétaire de son siège, baptisé "Le Paquebot". Mais très endetté après son échec aux législatives de 2007 (4,29%), il avait dû vendre le bâtiment et prendre en location des locaux plus modestes à Nanterre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.