Finances publiques : l’État vend des biens immobiliers

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Finances publiques : l’Etat vend des biens immobiliers
Finances publiques : l’Etat vend des biens immobiliers Finances publiques : l’Etat vend des biens immobiliers (France 2)
Article rédigé par France 2 - C. Adiaens-Allemand, O. Martin, R. Casalis, E. Prigent, P. Fivet, S. Pichavant, J. Sabre, S. Gravelaine
France Télévisions
France 2
Afin de renflouer ses caisses, l’État vend une partie de ses biens publics. Comment fonctionnent ces ventes ? L’État est-il gagnant ? Éléments de réponse.

Maisons, bureaux, terrains constructibles ou même hôtels particuliers : sur son site Internet dédié, l’État vend tout type de biens et à tous les prix. Comme une agence immobilière classique, il tente d’attirer les acheteurs pour renflouer ses caisses. À Montélimar (Drôme), c’est un immeuble de bureau qui est à la vente. Jusqu’ici, il abritait du personnel du ministère de la Justice, qui n’y travaille plus. L’objectif affiché par le gouvernement : réduire de 25% la surface totale des locaux occupés par l’administration.

De bonnes affaires pour l’État ?

Pour les acheteurs, le prix est parfois intéressant. À Saint-Léger-Triey (Côte-d'Or), un particulier vient de faire l’acquisition d’une maison forestière, ancienne propriété de l’État. Il a acquis ce bien de 100 m2 pour 98 000 euros, soit 15% moins cher que les prix du marché. L’État fait-il toujours de bonnes affaires ? Non. Il a par exemple vendu en 2003 l’ancienne imprimerie nationale pour 103 millions d’euros, avant de la racheter trois fois plus cher des années plus tard.

Comment faire pour éviter ce genre d’erreur ? "La réponse, c’est le changement de méthode. On va, comme les Allemands, se doter d’une foncière publique, c’est-à-dire que le patrimoine de l’État va être géré par un organisme", explique Thomas Cazenave, ministre délégué chargé des Comptes publics. 

Parmi nos sources

Ministère des Comptes publics

Vie publique.fr

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.