Cet article date de plus d'onze ans.

Hausse de 6% du prix des cigarettes en 2010

Un amendement prévoyant une hausse de 6% du prix des cigarettes a été adopté mercredi par les députés
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un amendement prévoyant une hausse de 6% du prix des cigarettes a été adopté mercredi par les députésUn amendement prévoyant une hausse de 6% du prix des cigarettes a été adopté mercredi par les députés

Cet amendement, adopté dans le cadre du projet de budget de la sécurité sociale pour 2010 et émanant du rapporteur UMP de la commission, Yves Bur, doit encore faire l'objet d'un vote en séance publique.

M.Bur propose d'augmenter les taxes sur le tabac de 0,6% "pour correspondre à la volonté exprimée d'une augmentation des prix du tabac limitée à 6%"

La semaine dernière, dans le quotidien économique La Tribune, M.Bur avait indiqué qu'il proposerait une hausse de "10%" du prix des cigarettes si le gouvernement ne l'imposait pas.

Début octobre, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s'était dite favorable à une augmentation de 10% par an pendant plusieurs années. Cette proposition, qui avait provoqué la colère des buralistes, avait été désapprouvée par plusieurs députés UMP.

Quelques jours plus tard, le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, avait laissé entendre qu'une augmentation de 10% pourrait ne concerner qu'une seule année. La hausse serait ensuite de moindre ampleur.

Pour les anti-tabac le compte n'y est pas
L'augmentation annoncée d'environ 6% du prix des cigarettes est inférieure à ce que réclament les associations de lutte contre le
tabac. Parallèlement, l'Office français de prévention du tabagisme (OFT) souligne que "tous les chiffres du tabagisme sont au rouge". Les anti-tabac réclament une hausse renouvelée plusieurs années de suite de 10%, à laquelle la ministre de la Santé Roselyne Bachelot s'était d'ailleurs déclarée favorable. L'Alliance contre le tabac, qui regroupe une trentaine d'associations, a déclaré attendre "un geste fort du président de la République, en cohérence avec les engagements affichés en faveur de la santé publique de nos concitoyens". Selon eux, seule une hausse massive et répétée du prix peut avoir un effet dissuasif sur les fumeurs. Cela avait été le cas en 2003-2004 où la consommation de tabac avait chuté après les augmentations de prix décidées par les pouvoirs publics avec le lancement du premier Plan Cancer. "Les mesures politiques prises lors du lancement du premier Plan Cancer avaient démontré leur efficacité en termes de santé publique avec une diminution de 1,5 million de fumeurs", selon l'OFT.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.