Cet article date de plus de huit ans.

Veolia Environnement prévoit la suppression de 1500 postes en France

La branche eau de l'entreprise va supprimer 10% de ses effectifs dans l'Hexagone dans le cadre de son plan de réorganisation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'agence Veolia eau de Gap (Hautes-Alpes), le 20 juin 2012. (VIRGILE / MAXPPP)

La branche eau de Veolia Environnement va supprimer 10% de ses effectifs en France, soit 1 500 postes, ont annoncé mercredi 20 mars les syndicats du groupe. L'annonce a été faite par la direction de Veolia Eau lors d'un Comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire, la veille.

Veolia a lancé, en 2011, un vaste plan de réorganisation destiné à dégager des économies substantielles afin de faire baisser sa dette. Les syndicats avaient déjà révélé, fin 2012, la suppression d'une centaine de postes au siège parisien de Veolia, mais aucun chiffre n'avait jusqu'ici été donné sur l'ensemble de l'effectif français.

"Jean-Michel Herrewyn, le directeur général de Veolia Eau, nous a annoncé hier, lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire, la mise en place d'un plan de départs volontaires touchant 1 500 postes", a expliqué Hervé Deroubaix, délégué central CFDT. 

"Eviter tout départ contraint"

L'annonce a été confirmée mercredi par la direction. Veolia Eau "a bien ouvert une négociation avec les syndicats pour un accord global sur l'emploi pour adapter la structure de ses emplois et de ses effectifs", a-t-elle expliqué. Cette dernière a précisé que les 1 500 suppressions de postes concernaient "les activités d'exploitation" et qu'elle avait la volonté "d'éviter tout départ contraint".

Mais le délégué central CGT s'est immédiatemment inquiété de l'annonce. "Tout cela ne fera qu'accentuer et dégrader les conditions de travail, et comment pourrons-nous assurer nos missions de service public ?", s'est interrogé Franck Leroux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.