Crise énergétique : Elisabeth Borne présente trois nouveaux dispositifs pour les entreprises et les collectivités, d'un total de "près de 12 milliards" d'euros

Parmi les mesures annoncées jeudi, une partie de la facture d'électricité de certains acteurs sera prise en charge par l'Etat. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre Elisabeth Borne, à la sortie d'un Conseil des ministres à l'Elysee, le 19 octobre 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Elisabeth Borne a annoncé jeudi 27 octobre trois nouveaux dispositifs pour contenir les prix de l'énergie à destination des entreprises et des collectivités, pour un effort total porté à "12 milliards d'euros", lors d'une conférence de presse à Matignon.

Le premier, baptisé "amortisseur électricité", visera à prendre en charge une partie de la facture d'électricité pour "les TPE qui ne bénéficient pas du bouclier tarifaire, les PME, les associations, les collectivités territoriales et les établissements publics".

Un amendement au projet de loi de finances

Le gouvernement va également "simplifier et amplifier les aides ciblées, déjà en vigueur pour les entreprises". S'agissant des collectivités, l'exécutif présentera un amendement au projet de loi de finances prévoyant "la prolongation et l'amplification du filet de sécurité pour l'année 2023".

Depuis plusieurs semaines, les organisations patronales réclament de nouvelles aides face aux factures d'énergie qui explosent et à des critères trop complexes pour obtenir les aides déjà existantes.

Ces nouvelles aides ne creuseront pas le déficit, selon la Première ministre. Sur les 12 milliards d'euros annoncés, 7 milliards notamment proviendront des "rentes" prélevées aux énergéticiens dans le cadre d'une taxe exceptionnelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise énergétique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.