L’écrivain Gonzague Saint Bris meurt dans un accident de la route

L'écrivain Gonzague Saint Bris est mort dans un accident de la route, dans la nuit de lundi à mardi, en Normandie. 

L\'écrivain Gonzague Saint Bris, en juin 2017, à Paris. 
L'écrivain Gonzague Saint Bris, en juin 2017, à Paris.  (JOEL SAGET / AFP)

L’écrivain Gonzague Saint Bris est décédé dans un accident de la route, a confirmé la gendarmerie à France Bleu Normandie mardi 8 août. Il avait 69 ans.

L'accident a eu lieu peu après minuit dans la nuit de lundi à mardi. La voiture dans laquelle il se trouvait est entrée en collision avec un arbre, sur la D675 à hauteur de Saint-Hymer, près de Pont-L'Évêque, dans le Calvados. Les deux occupants du véhicule ont été éjectés par le choc. L'écrivain journaliste et historien a été tué sur le coup. Une femme qui était au volant a été grièvement blessée et évacuée à l'hôpital.

Homme de culture et d'histoire

Auteur de nombreuses biographies historiques, Gonzague Saint Bris avait remporté en 2002 le prix Interallié pour Les Vieillards de Brighton. Il est également le créateur du festival littéraire "La Forêt des livres" de Chanceaux-près-Loches, en Indre-et-Loire. Il avait aussi créé le Festival du film romantique de Cabourg, en 1983. Le dernier livre de Gonzague Saint Bris, Les Aristocrates rebelles (Les Arènes) devait être publié à la fin de ce mois d'août.

Né à Loches,  la cité natale d'Alfred de Vigny, Gonzague Saint Bris se définissait en souriant comme un "Tourangeau pur rillettes". La propriété familiale des Saint Bris depuis plus de 200 ans, le Clos Luce d'Amboise, avait abrité Léonard de Vinci jusqu'à sa mort.

Il "n'a eu de cesse de mettre en lumière le génie de notre pays", réagit Emmanuel Macron

"Le président de la République exprime ses plus sincères condoléances à sa famille, à ses proches, ainsi qu'à tous les passionnés de la France", a indiqué l'Élysée dans un communiqué, mardi. Après avoir rendu hommage au "passionné" et au "passeur", Emmanuel Macron a loué "l'organisateur de nombreuses marches et de multiples manifestations populaires" qu'était Gonzague Saint Bris : "La Forêt des Livres, qualifiée par certains de Woodstock de la littérature, dont la 22e édition doit se tenir à la fin du mois d'août prochain, en est certainement le plus bel exemple."

Un "passionné", "romanesque et généreux"

L'annonce de la mort de Gonzague Saint Bris suscite aussi la vive émotion de celles et ceux qui le connaissaient et l'appréciaient. "Je suis très attristé par le décès accidentel de Gonzague Saint Bris", a notamment réagi sur franceinfo l'ancien président de la République et membre du Conseil constitutionnel Valéry Giscard d’Estaing. "Je le connaissais très bien, c'était un voisin de Touraine où sa famille avait une maison, j'avais l'occasion de le rencontrer tous les ans à La Forêt des livres", raconte Valéry Giscard d’Estaing. "C'était un de nos grands spécialistes de la Renaissance française. Il avait écrit une vie de François Ier, il avait de ce point de vue une identité littéraire passionnée et forte".

Il avait une écriture abondante et naturelle, proche de la conversation et du discours, il cherchait à communiquer plutôt qu'il cherchait à écrire.Valéry Giscard d'Estaingà franceinfo


Les réactions se multiplient aussi sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, le philosophe Raphaël Enthoven fait part de son "horreur et désarroi". "Gonzague était romanesque, drôle, élégant et généreux. Il donnait aux gens le sentiment d'être aimés", poursuit-il. "Écrivain cultivé et jovial Gonzague Saint Bris conviait chaque année les auteurs de la rentrée à sa très festive 'Forêt des livres'", écrit l’écrivaine Karine Tuil. "La Normandie est triste", réagit encore le président de la région Normandie, Hervé Morin, qui salue un "écrivain talentueux, père du festival de Cabourg."