Forum de la cybersécurité : comment les gendarmes prédisent les cambriolages ou les vols de voitures grâce à un logiciel

La gendarmerie présente son logiciel de prédiction de cambriolages ou de vol de voiture au forum international de la cybersécurité qui se tient mardi et mercredi à Lille.

Le logiciel de prédiction des cambriolages et des vols de voitures prend la forme d\'une carte de France avec des zones plus ou moins à risque.
Le logiciel de prédiction des cambriolages et des vols de voitures prend la forme d'une carte de France avec des zones plus ou moins à risque. (DAVID DI GIACOMO / RADIO FRANCE)

La gendarmerie présente son logiciel de "police prédictive" au 10e forum international de la cybersécurité qui est organisé mardi 23 janvier et mercredi 24 janvier à Lille (Nord). Ce logiciel est une carte météo de la délinquance. À la place de la pluie ou de la neige, il prévoit des cambriolages ou des vols de voiture. 

Sur sa tablette, le colonel Laurent Collorig, du renseignement criminel, étudie une carte de France un peu spéciale."Si une zone apparaît en rouge, c’est que le logiciel estime qu’il y a une forte probabilité qu’il se passe quelque chose dans ce quartier,  explique le militaire. Dans ce cas-là, on 'noie' la zone de patrouille et on empêche ainsi la commission du cambriolage."

"Un logiciel purement factuel"

Cette idée de prévoir un délit ou un crime pour l’empêcher rappelle étrangement un film de science-fiction avec Tom Cruise dans le rôle principal. Non, "on n’est pas dans Minority Report, s’amuse le colonel Laurent Collorig, parce qu’il n’y a pas de données à caractère personnel ou sociétal. C'est un logiciel purement factuel".

L’outil est expérimenté dans onze départements sur deux types de délits : les cambriolages et les vols de voiture.  Il prend en compte sept années de données criminelles. "On enregistre les coordonnées exactes de cambriolages ou de vols d’automobiles, dévoile le capitaine Nicolas Valescan, ingénieur au sein du tout nouveau département science des données de la gendarmerie. À partir de ça, on divise la France en carrés d’un kilomètre. On regarde à la fois ce qu’il s’est passé sur les dernières années mais aussi sur les dernières semaines. On ne tire pas de notre chapeau une statistique."

On apprend du passé et on émet une carte de risque criminel pour les cambriolages et les vols de voitures.Capitaine Nicolas Valescanfranceinfo

Cette carte permet d’orienter les patrouilles dans tel ou tel secteur sans décider  à la place des gendarmes. "C’est un logiciel d’aide à la décision, insiste le colonel Collorig. Le gendarme peut décider de s’appuyer sur les données auxquelles il a accès. Il peut aussi décider de ne pas les prendre en compte. Rien ne remplacera la connaissance du terrain par les gendarmes." 

La CNIL, la commission nationale de l’informatique et des libertés, insiste sur ce point.  L’intelligence artificielle ne peut en aucun cas se substituer à la décision humaine.