Emploi : avant les JO de Paris, le recrutement des vigiles à marche forcée

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Emploi : en vu des JO de Paris, le recrutement des vigiles en marche forcée
Article rédigé par France 2 - F. Depaquit, A. Sylvain, S. Pichavant, S. Sahki, J-A. Balcells
France Télévisions
France 2
Pôle emploi, qui doit trouver 15 000 agents de sécurité pour les JO de Paris 2024, n’hésite pas à forcer la main de certains chômeurs.

Trouver et former 15 000 agents de sécurité pour les JO, c’est tout le défi de Pôle emploi, à moins d’un an de l’évènement. Ces derniers mois, les formations se multiplient pour apprendre le métier de vigile. Les chômeurs sont tous envoyés par Pôle emploi, en grande difficulté ces derniers mois pour remplir un secteur qui manque de bras. À l’agence de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ce matin-là, c’est opération séduction pour les 13 chômeurs convoqués. 

De plus en plus de convocations

Devenir agent de sécurité pour les JO est une perspective bien éloignée du profil professionnel d’origine de ces demandeurs d’emploi. Certains envisagent une reconversion. "C’est toujours un plus, (…) ça aide plus tard à se projeter à autre chose", dit Timothée Katayi. Sur 85 000 convocations depuis un an, seuls 6 700 demandeurs d’emploi ont suivi une formation, soit moins de 7 %. 

Pour tenir ses objectifs, Pôle emploi semble envoyer de plus en plus de convocations ces derniers mois. Maximilien Ricci, créateur de contenus sur les jeux vidéo, au chômage depuis quatre mois, en a reçu une : présence obligatoire, sous peine d'une possible radiation. En réaction, certains conseillers de Pôle emploi dénoncent une politique du chiffre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.