Avec plus de 3,2 millions de demandeurs d'emploi en mars, le chômage bat le record de 1997

Ce chiffre constitue une hausse de 1,2% par rapport à février, soit 36 900 chômeurs sans activité de plus. Il s'agit du 23e mois consécutif d'augmentation.

Une agence Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 13 février 2013.
Une agence Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 13 février 2013. (ALAIN LEMASSON / AFP)

C'était passé tout près en février ; la barre a finalement été franchie en mars. Le record du nombre de demandeurs d'emploi sans activité a été battu en mars, selon les chiffres annoncés jeudi 25 avril par le ministère du Travail. Alors que le précédent seuil, qui datait de janvier 1997, était de 3 195 500, Pôle emploi a recensé fin mars 3 224 600 demandeurs d'emploi n'ayant pas travaillé au cours du mois (catégorie A) en métropole. Ce chiffre constitue une hausse de 1,2% par rapport à février, soit 36 900 chômeurs de plus dans cette catégorie.

Il s'agit du 23e mois consécutif d'augmentation. Depuis mai 2011, le chômage a augmenté de 22 300 personnes en moyenne chaque mois dans cette catégorie. Au-delà du chiffre symbolique de la catégorie A, Pôle emploi avait déjà enregistré d'autres records ces derniers mois : en février, si on incluait ceux qui ont exercé une petite activité, ses listes recensaient près 5 millions de noms (outre-mer compris), du jamais vu. Parmi eux, 2 millions de chômeurs de longue durée, un autre pic historique.

François Hollande maintient son objectif

Sans incriminer directement l'action menée lors du précédent quinquennat, le ministère du Travail écrit, dans son communiqué, que "cette situation est le résultat d'une hausse ininterrompue depuis maintenant 5 ans. (...) C'est cette tendance, lourde, que notre pays doit renverser". Et il assure que les mesures voulues par le gouvernement sont prêtes à entrer en action. "Tous les leviers de la politique de l'emploi prévus par la 'feuille de route sociale' issue de la grande conférence sociale de juillet 2012 sont désormais opérationnels : emplois d'avenir, contrat de génération, sécurisation de l'emploi."

Fin mars, François Hollande affirmait déjà que "tous les outils" étaient sur les rails pour la "bataille" contre le chômage. Mais six mois après leur lancement, les emplois d'avenir par exemple peinent à décoller : fin avril, 20 000 environ devraient avoir été signés sur un objectif de 100 000 fin 2013. Malgré des subventions élevées (75% du smic dans le secteur non marchand), les employeurs restent frileux face à des candidats pas ou peu diplômés.

Cependant, le chef de l'Etat a maintenu jeudi, depuis Pékin, son "objectif" d'inverser "à la fin de l'année" la courbe du chômage.

FRANCE 2