Assurance chômage : les patrons ne discutent plus à cause du bonus-malus sur les contrats courts

Emmanuel Macron s'attaque aux taxations des contrats courts. Les entreprises qui abusent de CDD ou d'intérimaires seraient pénalisées. Les organisations patronales ont cessé de participer aux négociations sur l'assurance chômage.

France 3

Les patrons ne veulent pas de la taxation des contrats courts. Lors des négociations sur l'assurance chômage, les trois organisations patronales ont quitté les débats lundi 28 janvier. Une réponse directe au chef de l'État qui a confirmé jeudi dernier qu'il souhaitait imposer un malus aux entreprises faisant appel à trop de contrats courts : "Ceux qui multiplient les intérimaires, ils ont un malus, car ce sont des gens qui, quelque part, utilisent le système".

87% des embauches en CDD en 2017

Avec le bonus-malus, une entreprise employant de nombreux CDD paiera plus de cotisations chômage. Si elle a moins de CDD, les cotisations seront réduites. 87% des embauches se sont faites en CDD en 2017. Pour le patronat, cette restriction peut être dangereuse pour certaines catégories d'emploi. En abandonnant les négociations, c'est toute la réforme de l'assurance chômage qui est en danger. Sans accord, l'État reprendra en main la négociation avec une menace : économiser au moins trois milliards d'euros d'ici 2022 sans que ni les syndicats ni les employeurs n'aient leurs mots à dire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les négociations autour de l\'assurance chômage, le 11 janvier 2018.
Les négociations autour de l'assurance chômage, le 11 janvier 2018. (ALAIN JOCARD / AFP)