Cet article date de plus de sept ans.

Projet de loi El Khomri : 7 Français sur 10 voient le texte comme une menace pour les salariés

Seulement 30% des personnes interrogées pensent que ce texte permettra la création d'emplois, selon un sondage Elabe pour BFM TV.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La ministre du Travail, Myriam El Khomri, mercredi 24 février 2016, dans un centre Pôle emploi de Saint-Ouen. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Dans le réquisitoire cosigné par Martine Aubry contre la politique du gouvernement, se trouve " la colère" à l'encontre de l'avant-projet de loi sur le travail, ou loi El Khomri. Une loi considérée par 70% des Français comme une menace pour les droits des salariés, révèle mercredi 24 février un sondage Elabe pour BFM TV. Par ailleurs, seulement 30% des personnes interrogées pensent que ce texte permettra la création d'emplois. 

Le gouvernemente est parvenu à se mettre tout le monde à dos sur ce projet : syndicats, citoyens, la majorité... Par conséquent, une majorité (51% contre 48%) des sondéspense que le gouvernement n'obtiendra pas une majorité à l'Assemblée nationale pour l'adoption du projet porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri.

Donner plus de liberté aux entreprises

Pour 59% des sondés, le gouvernement fait surtout de l'affichage et privilégiera un compromis avec la gauche, quitte à abandonner une partie du projet. A l'inverse, 37% des Français interrogés pensent qu'il souhaite vraiment réformer le Code du travail, quitte à provoquer une rupture avec une partie de la gauche.

Le projet est surtout rejeté par les sympathisants de la gauche (76%) et du Front National (81%), qui le perçoivent comme une menace. En revanche, la réforme est jugée importante pour donner plus de liberté aux entreprises par une légère majorité (53%).

* Cette enquête a été effectuée les 23 et 24 février auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.