DIRECT. Loi Travail : les syndicats annoncent une nouvelle journée d'action et une manifestation nationale à Paris

Cette septième journée de mobilisation a réuni plus de monde que les deux précédentes.

Des manifestants contre la loi Travail le 19 mai 2016 à Lille (Nord).
Des manifestants contre la loi Travail le 19 mai 2016 à Lille (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le mouvement de protestation se poursuit. Plusieurs manifestations ont eu lieu jeudi 19 mai à Paris et en province, à l'occasion d'une septième journée nationale d'actions contre la loi Travail. Les cortèges ont rassemblé au moins 128 000 personnes dans toute la France, selon les autorités. La CGT, elle, a recensé près de 400 000 manifestants. A l'issue de cette journée, l'intersyndicale a annoncé une nouvelle journée d'action le 26 mai et une manifestation nationale à Paris le 14 juin.

Plus de manifestants que pour les précédentes journées d'actions. Cette septième journée de mobilisation a réuni plus de monde que les deux précédentes. La précédente journée de mobilisation, mardi, avait réuni 68 000 personnes selon la police, 220 000 personnes selon la CGT. 

Mobilisation à Paris et en province. Selon la CGT, la manifestation parisienne a rassemblé 100 000 personnes. La police, elle, évoque entre 13 000 et 14 000 personnes. En province, 115 000 personnes ont participé à 171 défilés et rassemblements et 73 barrages routiers, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Encore des incidents à Nantes et Rennes. Nantes et Rennes ont à nouveau été le théâtre d'incidents jeudi après-midi lors de manifestations contre la loi travail, totalisant 71 interpellations et deux policiers légèrement blessés dans les deux villes, selon un bilan fourni par les autorités.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

22h31 : Cela devient usant. On va le payer très cher. Ils veulent détruire la France.

22h31 : Pour les débordements contre la police , il n'y a qu'un seul responsable et coupable : le ministre de l'intérieur ! Il est incapable de faire régner l'ordre , il doit démissionner !!

22h30 : Inacceptable ces casseurs. Nous attendons des organisateurs des manifestations démocratiques qu'ils luttent plus fermement contre ces destructeurs et l'expriment clairement.

22h30 : Ces casseurs, voyous etc sont la honte de la France. Ils font tout pour détruire la démocratie et le droit de manifester.

22h30 : Nous sommes en état d'urgence toute manifestation au regroupement doit être interdit par la loi. Le ministère de l'intérieur doit faire le nécessaire pour protéger l'ensemble de ses citoyens.

22h30 : Les syndicats devraient savoir qu'il faut savoir arrêter une action mais pour cela il faudrait avoir des syndicats responsables.

22h29 : L'annonce de ces nouvelles journées d'action contre la loi El Khomri vous fait réagir dans les commentaires.

22h16 : Le 26 mai, il s'agira d'une "journée nationale de grève, manifestations et actions" dans toute la France. Les sept syndicats veulent ensuite "renforcer l'action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat", indiquent-ils dans un communiqué.

22h09 : Une nouvelle journée d'action contre la loi Travail est prévue le 26 mai, ainsi qu'une manifestation nationale à Paris le 14 juin, annonce l'intersyndicale.

21h36 : A Nantes, la manifestation, qui avait été interdite, a donné lieu cet après-midi à près de trois heures de jeu du chat et de la souris entre les quelque 800 manifestants dénombrés par les autorités, et les forces de l'ordre. 66 personnes ont été interpellées et 52 placés en garde à vue, rapporte un journaliste de Presse Océan.

19h53 : Au moins 128 000 personnes ont manifesté dans toute la France, annonce la police.

19h09 : A Paris, sur la place d'Italie, en marge de la manifestation contre la loi Travail, le face-à-face entre CRS et manifestants a pris une tournure plus violente. Voici les images filmées dans l'après-midi :



FRANCETV INFO

19h07 : Des "explications". Voilà ce que la Haute autorité éthique du Parti socialiste demande à ses 26 députés frondeurs qui ont signé le projet de motion de censure de gauche contre le gouvernement. Une lettre leur a été envoyée.

18h37 : A Paris, malgré le cordon de CRS, des échauffourées ont eu lieu entre casseurs et policiers. Neuf personnes ont été interpellées pour port d'arme prohibée et des jets de projectiles.

18h29 : Selon la CGT, "près de 400 000" personnes ont manifesté aujourd'hui en France contre la loi El Khomri.

17h30 : @Annecyx. : Ce ne sont pas les journalistes, pas les nôtres en tout cas, qui estiment le nombre de manifestants. Ce sont d'un côté les syndicats, de l'autre la police.

17h29 : Bonjour. J'admire la confiance mise dans vos journalistes pour estimer le nombre de manifestants. C'est mission impossible au ras du sol. Une méthode pragmatique consiste à diviser par trois le chiffre avancé par les syndicats et à multiplier par trois celui de la police.

17h18 : Bonjour @anonyme, nous n'avons pas de journaliste sur place aujourd'hui. Mon collègue Yann Thompson était à Rennes cet après-midi pour suivre la mobilisation. En outre, nous n'avons pas pour habitude de compter les manifestants. Mais nous savons qu'en général, la police est plus proche de la réalité (malgré une légère tendance à sous-estimer le nombre de participants).

17h13 : Bonjour France TV Info, comme l'écart du nombre de manifestants à Paris est très important entre la police et la CGT. Quelles sont les estimations selon vos journalistes présents sur place ? Merci

16h59 : Un millier de personnes sont rassemblées aux environs de la place du Bouffay, à Nantes, bravant l'interdiction préfectorale de manifester sans déclaration préalable, selon France 3 Pays de la Loire.

16h53 : A Paris, un journaliste de Mediapart signale un "moment de grosse tension" dans le 13e arrondissement, devant un commissariat.

16h41 : Selon la préfecture de police, 13 000 à 14 000 manifestants ont défilé à Paris contre la loi El Khomri. Bien en deçà des estimations de la CGT, qui affirme avoir rassemblé 100 000 opposants.

16h37 : Voici un aperçu des manifestations, dans plusieurs grandes villes de France (de haut en bas, à Marseille, Bordeaux, Lille et Strasbourg)



(BERTRAND LANGLOIS / AFP)






(GEORGES GOBET / AFP)


(PHILIPPE HUGUEN / AFP)



(FREDERICK FLORIN / AFP)

16h33 : La manifestation parisienne contre la loi Travail a rassemblé 100 000 personnes cet après-midi, selon une évaluation de la CGT. (Nous attendons les estimations de la police, qui arrivent en général plus tard.)



(KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

16h33 : A Albi (Tarn), les opposants à la loi Travail ont brûlé cet après-midi les effigies de François Hollande, de Manuel Valls, du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, de la ministre du Travail Myriam El Khomri et du président du Medef Pierre Gattaz, rapporte France 3 Midi-Pyrénées.




(SYLVAIN DUCHAMPT / FRANCE 3 MIDI PYRENEES)

16h34 : Petit détour à Rennes (Ille-et-Vilaine), où notre journaliste Yann Thompson raconte la fin de la manifestation.

16h13 : @Ju2 : En effet, malgré l'interdiction du rassemblement par le préfet, il y a tout de même un défilé à Nantes. Ouest-France décrit une manif "sous haute surveillance". Et France Bleu rapporte la présence de centaines de personnes.

16h11 : Des infos sur la manif interdite à Nantes qui a quand même lieu ?

16h02 : Un militant de Nuit debout raconte le défilé et rapporte à l'instant sur Twitter une première charge de la police, à Paris.

16h00 : Plusieurs milliers de personnes manifestent à Paris, pour réclamer le retrait de la loi Travail, selon l'AFP.

15h32 : @anonyme : D'après les différents témoignages lus sur les réseaux sociaux, la manifestation a au contraire l'air calme pour l'instant, mais vous avez peut-être d'autres informations ? La Voix du Nord rapporte toutefois que deux personnes ont été interpellées.

15h24 : Bonjour, il paraît que ça chauffe a Lille vous avez des infos ?

14h26 : Je publierais volontiers vos nombreux commentaires sur les manifestations contre la loi El Khomri, mais un trop grand nombre de messages comportent des incitations à la violence, envers les manifestants comme envers les journalistes. Ces propos sont répréhensibles et ne passeront donc pas dans ce direct. Merci de votre compréhension.