EDF annonce un retard du démarrage de l'EPR de Flamanville

Le démarrage du réacteur nucléaire EPR construit par EDF à Flamanville (Manche), initialement prévu en 2016, sera une nouvelle fois décalé en raison de retards dans la livraison d'équipements par le concepteur Areva. Il est reporté à 2017. Cela pourrait entraîner "des surcoûts importants".

(Le chantier EPR de Flamanville © Maxppp)

"Il y a un problème à Flamanville", a prévenu une source proche du dossier. Ce mardi, EDF a annoncé que le démarrage du réacteur nucléaire EPR allait avoir du retard. Il devait être lancé en 2016. "Les travaux préparatoires menés dans le cadre de la revue de projet qui se tiendra fin novembre avec l'ensemble des fournisseurs ont mis en évidence un décalage dans le planning du chantier. Le démarrage de l'installation est désormais prévu en 2017 ", a indiqué EDF. Le chantier était censé se terminer en 2012. 

En cause, selon EDF, des retards dans la livraison d'équipements d'Areva. Il y aurait des "difficultés " rencontrées par Areva, le concepteur du réacteur, "sur la livraison d'équipements tels que le couvercle et les structures internes de la cuve " et "la mise en place de la réglementation des équipements sous pression nucléaires (ESPN) pour laquelle Flamanville 3 est tête de série, en particulier sur un lot de montage réalisé par Areva et ses entreprises sous-traitantes ". Areva n'a pas commenté.

Un autre source évoque "un défaut (qui) a été constaté dans une soudure réalisée entre un générateur de vapeur et une branche d'une boucle primaire de la centrale de Flamanville 3 ". Le chantier était estimé à 3,3 milliards d'euros et atteint désormais 8,5 milliards d'euros. Ce retard pourrait engendrer des surcoûts selon une source proche du dossier, ce que n'a pas confirmé EDF.