Cet article date de plus de dix ans.

Les Français accros à l'euro

Ils sont beaucoup moins nombreux que les Allemands, les Espagnols, les Italiens et les Britanniques à souhaiter la disparition de la monnaie unique européenne, selon un sondage BVA. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
18% des Français se disent favorables à l'abandon de l'euro contre 39% des Espagnols, 42% des Italiens et 45% des Allemands, selon un sondage BVA pour "20 minutes", publié mardi 13 mars 2012.  (THOMAS COEX / AFP)

Abandonner l'euro ? La proposition, faite par les candidats à la présidentielle Marine Le Pen (FN) ou par Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et popularisée par la crise de la dette en Europe, séduit moins les Français que leurs voisins européens, révèle mardi 13 mars, un sondage BVA réalisé pour 20 Minutes

D'après cette enquête, les Français sont 18% à se dire favorables à l'abandon de la monnaie commune contre 39% des Espagnols, 42% des Italiens et 45% des Allemands. Les sympathisants de l'UMP, du PS ou du MoDem sont nettement moins nombreux à souhaiter cette disparition (de 8% à 12%) que ceux se situant aux extrêmes de l'échiquier politique. L'abandon de la monnaie unique séduit 34% des sympathisants à la gauche du PS et 78% des proches du Front national.

La majorité des Anglais souhaite que l'Euro disparaisse 

Quant aux Britanniques, qui continuent d'utiliser la livre sterling, ils sont 71% à souhaiter la fin de l'euro. 63 % d'entre eux pronostiquent d'ailleurs un retour aux monnaies nationales. Un chiffre loin des avis dans l'Hexagone : seuls 16% des personnes interrogées jugent "certain" ou "probable" un abandon de l'euro dans les prochaines années, soit 5 points de moins que les Espagnols (21%), 11 points de moins que les Allemands (27%) et 17 de moins que les Italiens (33%). 

Le sondage a été réalisé par internet du 20 au 29 février auprès d'un échantillon de 4 217 personnes âgées de 15 ans et plus, dont 1 017 habitant en France, 800 en Allemagne, 800 en Angleterre, 800 en Espagne et 800 en Italie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.