Renault : le conseil d'administration refuse de verser une retraite chapeau à Carlos Ghosn

Le conseil d'administration estime que les "conditions de départ" de l'ancien PDG ne permettent pas de lui verser une rente. 

Carlos Ghosn sortant de chez son avocat à Tokyo le 3 avril 2019.
Carlos Ghosn sortant de chez son avocat à Tokyo le 3 avril 2019. (KAZUHIRO NOGI / AFP)

Le conseil d'administration de Renault, réuni mercredi 3 avril, refuse de verser une retraite chapeau à Carlos Ghosn expliquant "que les conditions de départ" de l'ex-PDG de Renault "ne correspondent à aucun des deux cas d'ouverture de ce régime et qu'aucune rente ne pourra lui être versée à ce titre".

Selon les informations de franceinfo, Carlos Ghosn avait fait valoir ses droits à la retraite en envoyant sa lettre de démission le 24 janvier dernier. Cette retraite chapeau s'élevait à 765 000 euros par an jusqu'à sa mort, d'après les estimations de Proxinvest, un cabinet de conseil aux actionnaires. 

Concernant la rémunération variable de Carlos Ghosn - toujours au titre de l'exercice de 2018 - là encore le Conseil d'administration souhaite que l'ex-PDG ne touche rien au regard de ses agissements et sa conduite personnelle. Il invite l'Assemblée générale des actionnaires - prévue en juin - à ne rien lui à accorder.

Concernant le salaire fixe de Carlos Ghosn, visiblement ce dernier a déjà touché le million d'euros qui lui était dû l'an dernier, précise le constructeur. Comme un symbole, son successeur a divisé son salaire de moitié. Celui du nouveau président du conseil Jean-Dominique Senard est fixé à 450 000 euros.

Carlos Ghosn, arrêté le 19 novembre à Tokyo au Japon, a été inculpé par la justice nippone pour des accusations de malversations financières et pour abus de confiance. Libéré sous caution après trois mois de détention, l'ancien patron de Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a depuis l'obligation de résider au Japon et est interdit de quitter le pays.