Cet article date de plus de sept ans.

Alstom : l'offre de General Electric pas acceptable "en l'état"

Le gouvernement a rejeté ce lundi l'offre de reprise de la branche énergie d'Alstom par l'Américain General Electric. Arnaud Montebourg l'a écrit au PDG du groupe. Le ministre de l'Economie propose de l'améliorer par la cession des activités transports de GE au groupe français.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est par un courrier
que le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, a fait savoir au PDG de
General Electric que l'offre de rachat de la branche énergie d'Alstom par GE
n'était pas acceptable "en l'état". "Nous ne pouvons
malheureusement pas souscrire aux propositions que vous avez faites, reposant
sur la seule acquisition des activités d'Alstom dans le domaine de
l'énergie", écrit Arnaud Montebourg à Jeff Immelt.

Toujours dans ce courrier,
le ministre de l'Économie explique que François Hollande l'a chargé de répondre
à l'offre du groupe américain
. Il souligne que "le gouvernement souhaite
examiner les voies et moyens d'un partenariat équilibré, rejetant une
acquisition pure et simple qui, en l'état, conduirait à la disparition
d'Alstom".

"Assurer un avenir mondial certain à Alstom Transport"

Ainsi Arnaud Montebourg
suggère que General Electric cède à son tour à Alstom Transport ses activités
dans ce domaine. "Il serait hautement souhaitable d'assurer un avenir
mondial certain à Alstom Transport, par la cession à cette entité des activités
transport de General Electric, incluant les trains de fret et la signalisation,
représentant un chiffre d'affaires de 3,9 milliards de dollars", détaille
le ministre.

Alstom a officialisé
mercredi dernier un projet de vente à GE de ses activités dans
l'énergie pour 12,35 milliards d'euros en numéraire en se donnant un mois pour
conclure un accord et sans exclure néanmoins une éventuelle contre-offre de
l'allemand Siemens. Il répondait
ainsi aux exigences du gouvernement qui lui avait demandé de prendre le temps d'examiner
d'éventuelles offres alternatives à celle de l'Américain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.