Grève du personnel de la compagnie Volotea : entre retards et annulations, des passagers regrettent l'absence d'informations

Un mouvement de grève a perturbé le trafic de cette compagnie aérienne espagnole low cost durant le week-end de Pâques. La situation risque également d'être délicate en fin de semaine : certains salariés dénoncent notamment la brutalité du management.  

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un Airbus de la compagnie aérienne Volotea  sur le tarmac de l'aéroport d'Alvedro à La Corogne, Espagne, le 19 novembre 2021, (illustration) (CABALAR / EFE)

Après plus de 4 heures à l'aéroport de Nice, Charlotte embarque enfin dans un avion Volotea qui doit l'emmener durant ce week-end de Pâques à Lille. "Vers 11h45- 12h, ils ont commencé à dire qu’il allait y avoir du retard mais sans donner aucune information, affirme cette passagère, jusqu’à ce que je comprenne que notre avion partait au Luxembourg, qu’il allait devoir aller [avant] au Luxembourg et revenir." 

>> Des passagers bloqués à l'aéroport de Toulouse depuis 24 heures à cause d'une grève chez Volotea

Jamais Volotea, 5e compagnie de France en termes d'importance de trafic, ne lui a expliqué qu'un mouvement de grève était en cours depuis vendredi 15 avril. Pas plus qu'aux milliers de passagers de Nantes, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Marseille ou encore Lille, les autres escales françaises de la compagnie low cost espagnole.

 Volotea déjà condamnée par la justice

Les raisons de cette grève : pilotes, hôtesses et stewards dénoncent leurs conditions de travail. Cette compagnie espagnole a d'ailleurs déjà été condamnée par la justice française pour non-respect du droit du travail. Ce week-end, Volotea a tout fait pour faire passer la grève sous les radars, dénoncent les syndicats. "On a envoyé nos déclarations de grève 48 heures à l’avance pour que la compagnie puisse prévenir les passagers qu’il y aurait des vols annulés ce week-end, note Alizée Bonnaure, du syndicat des hôtesses et stewards, le SNPC. Sauf que Volotea a profité de ces 48 heures pour envoyer des personnels navigants d’Espagne et d’Italie en France pour couvrir les vols sur lesquels il manquait des PNC (personnel navigant commercial)."

Les syndicats ont décidé de lancer une procédure pour "atteinte au droit de grève". Volotea, déjà sanctionnée l'an dernier pour travail dissimulé, attend un jugement en délibéré début juin pour "non-respect du temps de vol". Les salariés grévistes mettent en avant la brutalité du management, des plannings changeant et des salaires au niveau du Smic. Les difficultés pour les passagers ne sont peut-être pas terminées, le personnel envisage de reconduire le mouvement de grève les 23 et 24 avril prochains.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Aéronautique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.