4e opérateur mobile: appel à candidatures lancé

Le Journal officiel a publié samedi l'appel à candidatures pour la 4e licence de téléphonie mobile de 3e génération

Le Journal officiel a publié samedi l'appel à candidatures pour la 4e licence de téléphonie mobile de 3e générationLe Journal officiel a publié samedi l'appel à candidatures pour la 4e licence de téléphonie mobile de 3e génération

La date limite de dépôt de dossiers a été fixée au 29 octobre 2009 et l'attribution de la licence, destinée à un nouvel entrant, devra intervenir au maximum le 29 juin 2010.

Fixé à 206 millions d'euros, le ticket d'entrée a été relevé en juin à 240 par le gouvernement après recommandation de la Commission des participations et des transferts.

Orange (France Télécom), SFR et Bouygues Telecom, qui voient d'un mauvais oeil l'arrivée d'un nouveau venu, avait alors menacé de saisir la justice si ce prix était confirmé. Motif, selon Orange: le "principe d'équité entre les opérateurs ayant une licence" serait alors "violé", les trois opérateurs existants ayant déboursé chacun 619 millions d'euros au début des années 2000 pour obtenir leur licence.

France Télécom a confirmé, samedi 1er août, qu'il allait saisir Bruxelles pour contester le prix.

Les fréquences ont cependant cette fois été divisées en trois lots, dont un réservé à un nouvel entrant. Candidat malheureux en 2007 pour des raisons financières, le groupe Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à internet Free, fait figure de favori. Il s'est d'ailleurs réjoui "de l'ouverture de l'appel à candidatures" auquel il sera certainement candidat. "L'émergence d'un 4e opérateur de téléphonie mobile est une chance pour les consommateurs français", a ajouté celui qui promet de réduire la facture télécoms des Français de moitié s'il devient ce nouvel opérateur.

L'opérateur mobile virtuel (MVNO) Kertel s'est lui aussi déclaré intéressé, tandis que le câblo-opérateur Numericable et l'opérateur Virgin Mobile étudient la possibilité d'une candidature commune. L'opérateur égyptien Orascom s'est quant à lui dit prêt à "s'allier à l'un des candidats".

Le nouvel entrant, qui mettra des années pour construire son réseau, pourra dans un premier temps louer ceux des autres, à condition qu'il couvre déjà seul 25% de la population.

Cet appel à candidatures était attendu initialement avant fin juillet.