Vendée : la sardine a désormais son musée

Depuis plus d'un siècle, la sardine fait la renommée du port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en Vendée, qui lui a même consacré un musée.

France 3

Comme les marais salants de Guérande (Loire-Atlantique), la sardine a son port d'attache : Saint-Gilles-Croix-de-Vie, en Vendée. Une ville devenue l'un des 71 sites remarquables du goût. Cela fait plus d'un siècle que les marins-pêcheurs partent à la chasse aux petits poissons bleus de février à octobre. Quelque 450 bateaux dans les années 2000, contre seulement 90 aujourd'hui. La sardine grossit au fur et à mesure qu'elle remonte le golfe de Gascogne. Saint-Gilles-Croix-de-Vie et la sardine ne font qu'un.

Un met de luxe qui se bonifie avec le temps

La commune lui a même dédié un musée. Ici, tout est raconté, de la mer à la boîte. La sardine est une véritable industrie. En 1887, Geay-Demoulin crée deux marques de conserves. Aujourd'hui, les deux entreprises n'en font plus qu'une. 50 000 boîtes de sardines sortent tous les jours de la conserverie. Le procédé est toujours le même. La technique est un subtil mélange entre la machine et la main de l'homme. Au fil du temps, la sardine a évolué, tout comme ses recettes. Depuis 2005, elle est comme le vin, un produit de gamme qui se bonifie avec le temps.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un banc de sardines.
Un banc de sardines. (PAOLO CURTO / AGF / AFP)