Santé : vendre des médicaments à l'unité pour éviter le gâchis

Pour éviter que les médicaments ne finissent à la poubelle, le candidat Macron avait proposé qu'ils soient vendus à l'unité. La mesure est examinée par le Parlement, mais elle est loin de faire l'unanimité chez les professionnels de santé.

France 3

Dans toutes les pharmacies françaises, les patients viennent rapporter leurs stocks périmés. En moyenne, un Français gâche 1,5 kg de médicaments chaque année. Pour réduire le gâchis et faire des économies, le gouvernement veut vendre certains produits à l'unité. Concrètement, le pharmacien ne délivrerait que les quantités prescrites par le médecin. "Je trouve que c'est une très bonne idée", estime une patiente. Ce principe permettrait également de diminuer le nombre de déchets pharmaceutiques.

Une perte de traçabilité ?

"Le sur-conditionnement des médicaments pour pouvoir avoir un conditionnement à l'unité est l'inverse d'être un ami de l'écologie", estime Martial Fraysse, pharmacien. Les États-Unis, l'Inde ou encore le Royaume-Uni délivrent déjà leurs traitements à l'unité. "En vendant à l'unité on perd la traçabilité des produits", indique Philippe Lamoureux, directeur général du Leem (Les entreprises du médicament). Entre 2013 et 2017, 100 pharmacies françaises ont testé ce système sur certains antibiotiques. Une baisse de consommation de 10% avait été enregistrée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration montrant des médicaments à Nantes (Loire-Atlantique), le 27 août 2019.
Photo d'illustration montrant des médicaments à Nantes (Loire-Atlantique), le 27 août 2019. (LOIC VENANCE / AFP)