Ligue 1 : Paris grand favori, Monaco et Marseille en outsiders, quatre relégations à venir… Ce qu'il faut savoir sur la saison 2022-2023

Le championnat de France de football lance sa 85e saison, vendredi.

Article rédigé par
Tom Nouvian - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Le championnat de Ligue 1 commence le vendredi 5 août 2022. (SYLVAIN THOMAS & JACK GUEZ / AFP)

Après deux mois de répit, la Ligue 1 va reprendre ses droits. C'est l'Olympique Lyonnais qui ouvre le bal, vendredi 5 juillet, en recevant le promu Ajaccio au Groupama Stadium. Même si le Paris Saint-Germain a de grandes chances de terminer une nouvelle fois en tête du classement, plusieurs prétendants ont étoffé leur effectif à l'intersaison afin de perturber l'hégémonie parisienne.

La bagarre aura également lieu dans le bas du tableau, puisque quatre équipes seront exceptionnellement reléguées à l'issue de la saison. Pour y voir plus clair, franceinfo: sport vous propose un éclairage sur les forces à présence.

Le favori : Paris Saint-Germain

Sans surprise, le PSG reste le grand favori à sa propre succession. D'autant que les Parisiens se sont renforcés dans tous les secteurs de jeu en enregistrant l'arrivée de trois recrues (Mukiele en défense, Vitinha au milieu et Ekitike en attaque). Ce Paris devrait être très difficile à battre. "Tout le monde est concentré sur la Ligue des Champions mais il faut d'abord mettre tout en œuvre pour gagner les trois trophées nationaux", a annoncé Christophe Galtier, son nouvel entraîneur. La moisson parisienne a d'ailleurs déjà commencé, samedi 30 juillet, contre le FC Nantes, avec la victoire (4-0) dans le Trophée des champions à Tel-Aviv.

Pour autant, ce statut de favori n'empêche pas au club parisien d'effacer toutes les interrogations. Paris, champion avec 15 points d'avance sur son dauphin marseillais, évoluera sous les ordres de Christophe Galtier, qui a tout à prouver dans un club de cette envergure.

Lionel Messi et neymar lors du Trophée des champions, à Tel-Aviv le 31 juillet 2022. (JACK GUEZ / AFP)

L'autre incertitude sera le niveau de jeu affiché par Lionel Messi. L'an passé, le génial argentin n'avait inscrit que six buts en championnat et délivré 14 passes décisives, loin de ses standards habituels. La question du rendement offensif du gaucher (35 ans), associé à Neymar et Kylian Mbappé, sera l'une des grandes préoccupations de l'ancien entraîneur Stéphanois.

Les outsiders : Marseille, Monaco, Rennes et Nice

Derrière, ils seront plusieurs à se battre pour la deuxième place du classement, synonyme de qualification directe en Ligue des champions. Marseille et Monaco restent les deux formations les mieux armées pour y parvenir. Le club phocéen, qui a laissé partir libre l'international Boubacar Kamara à Aston Villa et son emblématique gardien, Steve Mandanda (à Rennes), s'est montré actif durant ce mercato en enrôlant plusieurs recrues de qualité (Samuel Gigot, Jonathan Clauss, Luis Suarez, Chancel Mbemba). Un nouvel entraîneur est également aux commandes des Olympiens, après le départ fracassant de Jorge Sampaoli : le rigide Croate Igor Tudor qui a terminé neuvième de Serie A avec le Hellas Vérone. Les Marseillais, engagés en Ligue des champions, devront faire face au rythme effréné des matchs.

De son côté, le club du Rocher, engagé dans un réel parcours du combattant en août pour se qualifier en coupe d'Europe, s'est renforcé offensivement à l'intersaison. Déjà dotée de Wissam Ben Yedder, deuxième meilleur buteur de Ligue 1 la saison passée, et Kevin Volland, l'attaque de Monaco a enregistré l'arrivée de Takumi Minamino (Liverpool) et de Breel Embolo (Borussia Mönchengladbach). Deux atouts à mettre en parallèle avec le départ du milieu international tricolore Aurélien Tchouaméni au Real Madrid.

Le défenseur monégasque, Guillermo Maripan, avec l'attaquant du PSV Eindhoven, Luuk De Jong, à l'occasion du 3e tour préléminaire aller de Ligue de champions, le 2 août 2022. (VALERY HACHE / AFP)

En sept rencontres de préparation, ils n'ont signé que deux victoires contre des clubs mineurs : le Cercle Bruges (1-0) et le club portugais du Portimonense (2-0). Le match nul (1-1) contre le PSV Eindhoven dans le troisième tour préliminaire aller de Ligue des champions a poursuivi le mouvement. Philippe Clement, l'entraîneur, n'a pas de temps à perdre : en plus de la qualification pour le barrage, l'ASM jouera successivement Strasbourg, Rennes, Lens, Paris, Nice puis Lyon lors des sept premières journées de L1.

En embuscade derrière ces deux grosses écuries se trouvent Rennes et Nice. Le Stade Rennais (deuxième meilleure attaque la saison passée) a réalisé un recrutement intelligent (Arthur Theate et Steve Mandanda notamment) en comblant les deux plus grosses faiblesses de son effectif : le poste de gardien et la défense orpheline de Nayef Aguerd, parti à West Ham. Les Niçois ont également leur carte à jouer cette saison. Avec le retour de Lucien Favre, l'entraîneur suisse qui avait emmené l'OGC à la troisième place en 2017, et l'arrivée de plusieurs recrues, dont les internationaux expérimentés Aaron Ramsey et Kasper Schmeichel, Nice (2e meilleure défense) regorge d'arguments pour prétendre à une place sur le podium.

Les interrogations : Lyon et Lille

Après son titre de champion, le Losc a connu un exercice 2021-2022 beaucoup plus délicat. Inconstants, les Lillois ont terminé dans le ventre mou, à une anonyme 10e place. Mais ils repartent sur un nouveau cycle, avec l'arrivée de Paulo Fonseca et ses idées offensives sur le banc. Les Dogues ont également enrôlé des recrues bien connues des amateurs de Ligue 1 : Mohamed Bayo, Jonas Martin, ou encore Rémy Cabella. Avec l'objectif de retrouver une certaine continuité, et le haut du tableau.

Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso à l'entraînement à Lyon, le 7 juillet 2022. (RICHARD MOUILLAUD / MAXPPP)

Lyon, qui reste sur une décevante 8e place, est l'autre grande interrogation avant ce début de saison. Le club a connu un été agité en coulisses, avec l'arrivée de John Textor comme nouvel actionnaire, et sur le plan du mercato, le retour des anciens Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso. Avec un calendrier allégé sans coupe d'Europe, les Lyonnais, qui misent sur l'expérience et la jeunesse, pourront se concentrer essentiellement sur le championnat, et l'objectif du top 3

Le bas de tableau : quatre relégués en fin de saison

La lutte pour le maintien s'annonce particulièrement difficile cette saison. Contrairement aux trois relégations traditionnelles, quatre équipes seront envoyées en Ligue 2 à l’issue de la saison, pour permettre le passage à 18 formations lors de l’exercice 2023-2024. Une première depuis la saison 2000-2001. Les places parmi les seize premiers du classement seront donc très disputées.

Le défi pour les trois promus (Toulouse, Ajaccio et Auxerre) n'en est que plus grand. Pour réussir à se maintenir, l'AC Ajaccio pourra compter sur sa solide défense, l'AJ Auxerre sur le jeu résolument offensif et Toulouse sur son collectif solide mené par le pied droit du néerlandais Branco van den Boomen, élu meilleur joueur de Ligue 2 la saison passée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OL

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.