JO 2022 : Gu superstar, Quentin Fillon Maillet puissance 5, la surprise Strolz, la Norvège sur le toit de l'Olympe... Ils ont crevé l'écran à Pékin

Par leurs résultats exceptionnels ou leur style atypique, ils ont rayonné sur les Jeux olympiques de Pékin.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 6 min.
Eileen Gu, Quentin Fillon Maillet et Matt Hamilton (de gauche à droite). (AFP)

De la Chinoise Eileen Gu, triple médaillée "à domicile" et révélation de ces JO, au stylé curleur Américain Matt Hamilton en passant par la razzia de Quentin Fillon Maillet et de la Norvège, ils repartent de Chine sous le feu des projecteurs.

Eileen Gu, la superstar chinoise made in USA

Elle est arrivée en "princesse des neiges", elle repart de Pékin en reine. La Chinoise Eileen Gu a régné sur les Jeux olympiques d'hiver, en remportant une médaille dans chacune des épreuves où elle était engagée. Celle qui cumule les casquettes d'athlètes, d'égérie publicitaire, de mannequin et de future étudiante à la prestigieuse université américaine de Stanford, repart des Jeux avec deux médailles d'or en big air et en halfpipe ainsi que l'argent en slopestyle. Une performance inédite dans la jeune discipline du ski freestyle.

La Chinoise est bel et bien la reine de ces Jeux olympiques. Ailing Gu vient de remporter une nouvelle médaille d'or grâce à un run noté à 95.00.

"Je suis épuisée, mais tellement heureuse. Je viens de vivre les deux plus belles semaines de ma vie", a réagi la jeune athlète de 18 ans, née en Californie d'une mère chinoise et d'un père inconnu. À Pékin, elle a donc ajouté trois belles lignes à son palmarès, déjà bien garni, avec notamment une médaille dans les trois disciplines du freestyle au X Games en 2021 et ses titres de championne du monde de slopestyle et halfpipe. En 2022, juste avant les JO, elle s'est offert son premier globe de cristal en halfpipe. De quoi marquer l'histoire.

Quentin Fillon Maillet reçu 5/6

Le ski bleu-blanc-rouge est à ses pieds. Pendant la quinzaine olympique, Quentin Fillon Maillet a ambiancé l'équipe de France avec ses médailles et ses Marseillaises. Le bilan du biathlète jurassien est exceptionnel : cinq médailles dont deux en or (individuel et poursuite). Cette success story fait de lui l'athlète français le plus médaillé sur une seule et même édition des JO. En lice pour une sixième médaille historique dans des Jeux d'hiver sur la mass start, QFM a craqué sur son dernier tir. Il était à une balle du Grand Chelem mais restera à jamais dans l'histoire du sport français. Tout simplement humain. Fillon Maillet réalise une saison exceptionnelle qui devrait, en plus des JO, le voir décrocher son premier gros globe de la Coupe du monde.

Après sa dernière course sur ces Jeux olympiques de Pékin 2022, Quentin Fillon Maillet dresse le bilan de sa quinzaine olympique, couronnée de deux médailles d'or et trois d'argent.

Même Martin Fourcade, la légende tricolore du biathlon, a été ébloui. "Cinq médailles en six courses, c'est bien au-delà que ce que j'espérais", a sobrement commenté Fillon Maillet. "Je suis tellement heureux de ce que j'ai pu accomplir. J'ai pu aussi montrer ce que Martin (Fourcade) avait déjà fait, être capable de jouer à la fois le classement général (de la Coupe du monde) et les Jeux olympiques. Ce qui me faisait rêver plus qu'une médaille d'or, c'était d'écrire l'histoire du sport quand j'étais petit, c'est ce que je fais depuis le début de saison. Ça me rend plus fier qu'une médaille d'or."

La Norvège sur le toit de l'Olympe

Ce n'est pas cette année que la Norvège tombera de son piédestal olympique. Forte sur ses fondamentaux nordiques, elle trône encore sur le classement des médailles. C'est la neuvième fois en vingt-trois participations aux JO d'hiver, de quoi conforter sa position de première nation au palmarès général avec un total de 405 médailles (148 or, 133 argent, 124 bronze).

A Pékin, la Norvège compile 37 médailles dont 16 titres. Elle s'est grandement appuyée sur ses locomotives du biathlon et du ski de fond. À eux trois, Marte Olsbu Roeiseland et les frères Boe pèsent 14 podiums et sept titres. Mention spéciale à Roeiseland, avec ses trois médailles d'or dont deux sur des épreuves individuelles, et Johannes Boe, quadruple champion olympique et médaillé de bronze, qui lui permettent de dépasser le score de la légende Ole Einar Bjoerndalen sur une édition. En ski de fond, Johannes Klaebo a parfaitement tenu son rang grâce à sa collection de quatre médailles (2 or, 1 argent, 1 bronze), bien épaulé par l'extraterrestre Therese Johaug et ses trois titres.

Johannes Strolz, le slalomeur qu'on attendait plus

On imaginait Marco Odermatt ou Mikaela Shiffrin tout en haut de l'affiche. Le premier a sauvé ses Jeux in extremis en gagnant le géant alors que l'Américaine a fait pschitt avec un premier zéro pointé pour la première fois dans un grand championnat. C'est presque un inconnu de 29 ans qui ressort des Jeux avec le meilleur bilan du ski alpin. Jusqu'au début janvier 2022, Johannes Strolz n'avait jamais gagné une épreuve de Coupe du monde ni même fait mieux qu'une dixième place.

Après avoir réalisé le quatrième meilleur temps à la descente, Johannes Strolz a signé une impressionnante performance au slalom devant le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde (+0''59). L'Autrichien est donc sacré champion olympique du combiné en décrochant sa première médaille d'or. Le Canadien James Crawford a quant à lui remporté le bronze (+0'68).

Ecarté de l'équipe d'Autriche faute de résultats, le skieur était contraint d'arrondir ses fins de mois avec un job de policier de la circulation. Repris après la blessure d'Adrian Pertl cet hiver, l'Autrichien a vu sa carrière décoller de manière spectaculaire. Sur la lancée d'un succès en slalom à Adelboden avec le dossard 38, "Strolzi" a encore surpris son monde aux Jeux de Pékin. 34 ans après son père, il remporte le combiné grâce à une 4e place en descente – avec les skis de Matthias Mayer – et la meilleure manche en slalom. Il manque de récidiver six jours plus tard sur le slalom mais il termine 2e derrière un Clément Noël de gala. Cerise sur le gâteau, il conclut ses Jeux avec l'or dans l'épreuve par équipes.

Nathan Chen au sommet de son art

Nathan Chen a enfin tourné la page de Pyeongchang et son programme court abominable (17e). À 18 ans, le patineur américain était passé au travers de sa première expérience olympique. Quatre ans plus tard, c'est autrement armé qu'il s'est présenté à Pékin. Pendant cette olympiade, le "quad king" a raflé tout ce qui se présentait sous ses patins : trois titres de champion du monde mis en jeu (2018, 2019 et 2021) et deux finales du Grand Prix (2018 et 2019).

Sur la glace de Pékin, Chen a obtenu la consécration qu'il était venu chercher. Le natif de Salt Lake City, de parents d'origine chinoise, a commencé par un programme court de haute volée avec un nouveau record du monde à la clé (113,97). Son libre, ponctué de cinq "quads" (218,63 pts), a achevé de mettre ses rivaux à genoux. Chen a ensuite surpris son monde en brandissant le poing. "Je ne sais pas ce qui m'a pris, c'est sorti comme ça", a sobrement commenté celui qui a pris l'habitude de masquer toutes ses émotions. L'or autour du cou, le masque était tombé.

Le patineur américain a décroché la médaille d'or au terme de la session libre. Une nouvelle performance exceptionnelle pour l'un des meilleurs de l'histoire.

Matt Hamilton, moustache and furious

Moustache taillée au cordeau et casquette vissée sur la tête, Matt Hamilton détonne dans l'univers du curling. En 2018, il avait déjà affolé les réseaux sociaux avant de décrocher l'or olympique avec son coéquipier John Shuster. Quatre ans plus tard, le quintuple champion du monde a remis ça avec en bonus une crinière façon coupe mulet.

Un choix pas anodin puisque c'est pour la bonne cause, celle de l'association Stache Strong qui collecte des fonds pour la recherche sur le cancer du cerveau. Nouveau buzz de l'Américain qui donne au curling une belle visibilité à l'échelle internationale. Sur la glace, en revanche, l'aventure s'est arrêtée plus tôt que prévue. Les USA ont échoué au pied du podium, battus en petite finale par le Canada 8-5.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques d'hiver 2022 de Pékin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.