Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : course par course, médaille par médaille, replongez dans les Jeux olympiques (presque) parfaits de Quentin Fillon Maillet

Le biathlète, qui a remporté cinq médailles en six courses, a été l'athlète français de ces Jeux de Pékin.

Article rédigé par Vincent Daheron, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial à Zhangjiakou
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Le biathlète Quentin Fillon Maillet célèbre son titre olympique sur la poursuite des Jeux de Pékin, le 14 février 2022.  (HERVIO JEAN-MARIE / KMSP)

Quentin Fillon Maillet a marqué de son empreinte les Jeux olympiques de Pékin. Le biathlète est entré dans l'histoire des Jeux d'hiver puisqu'il est devenu l'athlète français le plus médaillé sur une seule et même édition. En six courses, QFM a tout simplement raflé cinq médailles. Retour, épreuve par épreuve, sur les Jeux olympiques quasi parfaits du Jurassien.

5 février : l'argent en relais mixte

Biathlon Relais Mixte : revivez les meilleurs moments_copy

Placé en dernier relayeur du relais mixte, Quentin Fillon Maillet a le droit à son premier duel de ces Jeux. En face de lui, se dresse l'incontournable Norvégien Johannes Boe. QFM prend la suite d'Emilien Jacquelin en troisième position, en même temps que les Suédois, à 17 secondes des Russes en tête et avec une poignée de secondes d'avance sur le cadet des frères Boe.

Son relais est quasiment parfait avec une seule pioche lors de son tir couché alors que le vent souffle très fort, mais Johannes Boe, malgré ses trois pioches, est trop rapide sur les skis. La décision va se jouer au sprint et la puissance du Norvégien fera le reste. Fillon Maillet offre tout de même une belle médaille d'argent aux Bleus pour lancer ses Jeux de la meilleure manière. C'est aussi sa première breloque olympique en carrière.

8 février : l'or en individuel

Biathlon 20 km individuel (H) : le résumé de la course

Touché dans son orgueil par sa petite défaite au sprint face à Johannes Boe sur le relais mixte, Quentin Fillon Maillet épate la galerie sur l'individuel. Ce format n'est pourtant pas celui qu'il affectionne le plus puisqu'aucune de ses onze victoires en Coupe du monde avant les Jeux n'a été décrochée sur cette spécialité.

Mais le Jurassien montre qu'il est bien le patron du biathlon mondial et assume sans trembler son rôle de leader du classement général. Malgré deux fautes au tir, il relègue Johannes Boe (3e) à plus de 31 secondes alors que le Biélorusse Anton Smolski s'est intercalé en deuxième place (+14''8). Avec son premier titre olympique en carrière, QFM succède à Martin Fourcade dans la hiérarchie du biathlon tricolore tout en s'en affranchissant progressivement.

12 février : l'argent sur le sprint

Biathlon (H) : le résumé du sprint

"Quand j'ai entendu l'hymne français à la remise des médailles l'autre jour, je voyais le drapeau français flotter, je me suis dit :
'La prochaine fois ce sera le drapeau norvégien." À entendre Johannes Boe, le sprint s'est joué dès le podium de l'individuel.

Au tir, QFM est encore presque parfait avec une seule faute sur dix tentatives, l'égal de Johannes Boe. Mais sur la piste, le Franc-comtois est moins saignant que lors de l'individuel et concède 25 secondes, sur une distance de dix kilomètres, au Norvégien. Fillon Maillet concèdera une grosse fatigue due aux sollicitations de son sacre olympique. Mais avec une troisième médaille, il égale déjà la performance de Martin Fourcade à Sotchi 2014 et Pyeongchang 2018.

13 février : l'or sur la poursuite

Biathlon (H) : le résumé de la poursuite 12,5km

Grâce à sa médaille d'argent sur le sprint, le Tricolore part en position de chasseur à 26 secondes de Johannes Boe. "Il ne faut pas que Johannes ouvre la porte parce que l'autre sera là", avait prévenu le directeur des équipes de France, Stéphane Bouthiaux après le sprint. Le Norvégien, chahuté et aussi malchanceux avec le vent, manque sept fois la cible. Quentin Fillon Maillet est lui parfait derrière la carabine.

Au dernier tir, il se présente avec Eduard Latypov pour la victoire. "Le Morbac" ne craque pas, serein et sûr de ses forces, contrairement au Russe qui laisse échapper la dernière balle. Quentin Fillon Maillet file alors vers un deuxième sacre individuel et une quatrième médaille dans ces JO grâce à un sans-faute au tir stratosphérique étant donnée les conditions. Une performance qu'aucun sportif français n'a jamais réussie sur une seule édition des Jeux d'hiver. L'histoire est déjà écrite.

15 février : l'argent sur le relais

Biathlon (H) : le résumé du relais 4x7,5 km

Pour continuer à écrire l'histoire du biathlon mais aussi du sport français, Quentin Fillon Maillet doit compter sur ses potes de l'équipe de France. Cela tombe bien, le relais tient énormément à chacun des membres du groupe avec l'objectif assumé de récompenser leur sincère amitié par une médaille.

Le garçon de Saint-Laurent-en-Grandvaux est encore le dernier relayeur. Il lutte pour la victoire lorsque le Russe Eduard Latypov s'effondre sur le dernier tir malgré une avance confortable. Fillon Maillet en profite partiellement avec deux pioches sur le dernier tir (et une sur le couché) alors que Vetle Christiansen fait le plein. La France se contentera de l'argent, synonyme de première médaille pour le relais depuis 2006. Et c'est la cinquième du nom pour QFM sur ces Jeux. Performance historique puisqu'il devient le troisième athlète tricolore à glaner cinq breloques sur une seule édition des Jeux olympiques, été et hiver confondus.

18 février : 4e sur la mass start

Biathlon - Mass start (H) : le résumé de la course

Quentin Fillon Maillet n'est pas passé loin de réussir son "grand chelem", à savoir récolter une médaille par course, ce que seul Ole Einar Bjoerndalen avait réussi avec quatre victoires en autant de courses à Salt Lake City, en 2002. Il ne lui a finalement manqué qu'une seule cible supplémentaire à faire basculer.

Après un début de course compliqué, il arrive en deuxième position au dernier tir derrière Johannes Boe. Le Norvégien fait deux erreurs et ouvre la porte au titre à QFM. Mais cette fois, le Français craque : trois fautes pour ressortir en quatrième position, la politesse grillée par Martin Ponsiluoma et Vetle Christiansen. "Je me suis dit qu'il y avait un gros coup à jouer. Mais les émotions m'ont rattrapé. Je m'en veux un peu", a-t-il expliqué après la course au micro de France Télévisions. Quatrième, il échoue à 13 secondes du podium, à 13 secondes d'une sixième médaille qui l'aurait consacré athlète le plus titré des Jeux olympiques d'hiver toutes nationalités et disciplines confondues. Il serait par ailleurs devenu le Français le plus titré sur une édition des JO, été et hiver confondus. Cruel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.