JO 2022 : champion olympique, Quentin Fillon Maillet dans la cour des très grands

Leader de la Coupe du monde, le Français se défait progressivement de la comparaison avec Martin Fourcade en décrochant le sacre olympique sur l'individuel, mardi.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Zhangjiakou - Vincent Daheron - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Quentin Fillon Maillet laisse exploser sa joie sur le podium de l'individuel des Jeux olympiques de Pékin, le 8 février 2022. (ODD ANDERSEN / AFP)

Plusieurs minutes après l'arrivée, à quelques encablures de la ligne que Quentin Fillon Maillet vient de franchir en première position, Martin Fourcade l'enlace pour le féliciter. On pourrait y déceler un symbole, celui d'un passage de flambeau, mais cela reviendrait, encore, à placer le Jurassien dans l'ombre du Pyrénéen. En devenant champion olympique de l'individuel à Zhangjiakou, mardi 8 février, Quentin Fillon Maillet peut à présent tracer sa route.

Martin Fourcade enlace Quentin Fillon Maillet

"Martin m'a dit qu'il était content pour moi, a expliqué le vainqueur. Il connaît réellement la difficulté de devenir champion olympique alors ça représente beaucoup, je suis très touché." Grâce à l'or olympique qu'il aura autour de son cou le lendemain – la cérémonie des médailles a lieu mercredi – QFM devient en effet le premier Tricolore à trôner en haut de l'Olympe depuis Martin Fourcade en 2018. "Il n'y a pas de flambeau à prendre, évacue ce dernier. Quentin écrit sa propre histoire, c'est quelqu'un qui n'aime pas trop les comparaisons. Il a besoin de sentir qu'il est reconnu pour ce qu'il est."

"Plus grand monde ne va lui parler de Martin Fourcade et c'est tant mieux."

Martin Fourcade

à franceinfo: sport

En devant champion olympique, Fillon Maillet ne risque plus de souffrir de la comparaison. En remportant l'individuel des Jeux olympiques, le Jurassien de 29 ans rejoint la lignée des meilleurs biathlètes de l'histoire : Johannes Boe en 2018, Martin Fourcade en 2014, Emil Svendsen en 2010, Michael Greis en 2006 et Ole Einar Bjoerndalen en 2002. "C'est une course qui consacre en général les grands athlètes, poursuit Fourcade. Ce ne sont que des grands noms dont fait désormais largement partie Quentin."

Première victoire sur l'épreuve de l'individuel

L'individuel n'était pourtant pas la course sur laquelle on l'attendait le plus sur ces Jeux olympiques. Avant mardi, il n'avait tout simplement jamais triomphé dans cette spécialité. Il l'a fait au meilleur moment. "Avec deux fautes, je n'imaginais pas gagner. C'est incroyable", analysait-il au micro de France Télévisions.

Mais comme à l'accoutumée, Quentin Fillon Maillet a été impressionnant sur les skis et c'était obligatoire pour espérer s'imposer dans une discipline où chaque erreur au tir est pénalisée d'une minute. Au final, il relègue Johannes Boe à 21 secondes sur les skis (3e au final derrière Anton Smolski) et Alexander Loginov à 37 secondes (3e temps de ski, 11e au final). "J'avais une petite revanche à prendre sur Johannes [Boe]", souriait QFM, battu au sprint par le Norvégien sur le relais mixte, samedi.

Le Tricolore n'a pas non plus souffert de la pression liée à son dossard jaune de leader du classement général de la Coupe du monde, bien au contraire. Alors qu'il avouait ressentir de l'usure mentale, fin janvier à Antholz-Anterselva (Italie), Fillon Maillet a répondu présent, en patron du circuit qu'il est. "Cette année, c'est clairement le meilleur biathlète du monde, il est à l'apogée de sa carrière, admirait son coéquipier Fabien Claude après sa 9e place du jour. Ça fait plaisir parce qu'il succède à Martin qui était le roi de l'individuel."

De ses années aux côtés de Martin Fourcade, Quentin Fillon Maillet a assuré s'en être longtemps impregné. "J'ai essayé de me remémorer comment il vivait les Jeux, se souvient-il. Martin a été un grande, grande inspiration."

Une première expérience olympique douloureuse en 2018

En 2018, quand l'un remportait deux sacres olympiques (poursuite et mass start), l'autre vivait des moments compliqués. À Pyeongchang (Corée du Sud), Fillon Maillet n'avait pas la tête au sport (29e place au mieux) puisqu'il traversait de sérieux problèmes personnels. "Il y a quatre ans, ça avait été une olympiade vraiment difficile, a-t-il avoué sur France Télévisions. Je fais un coucou à ma belle-famille, qui a vécu des moments difficiles. Aujourd'hui, c'est beaucoup d'épreuves traversées." 

"C'est un rêve qui se réalise, c'est dingue ce qui se passe. Les émotions sont fortes."

Quentin Fillon Maillet

sur France Télévisions

Depuis son arrivée sur le sol chinois, Quentin Fillon Maillet surfe sur son début de saison formidable. Il avait déjà porté le relais mixte pour obtenir sa première médaille olympique, en argent. "Quand je lui ai demandé si la médaille du relais était belle, il m'a dit : 'J'aime pas la couleur', s'amuse Martin Fourcade. Il dégage une confiance en lui assez énorme que je n'aurais jamais été capable d'avoir."

Très ému, Quentin Fillon Maillet s'est livré au micro de Claude Eymard après sa course victorieuse. Le natif de Champagnole a du mal à réaliser : il vient de décrocher la première médaille d'or française de ces Jeux de Pékin.

Trois jours plus tard, c'est donc l'or olympique qu'il s'est offert, qui plus est sur une épreuve individuelle. On ne voit pas bien quelles peuvent être les limites actuelles de Quentin Fillon Maillet, pendant ces Jeux olympiques mais aussi après tant il semble foncer vers le premier gros globe de cristal de sa carrière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biathlon aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.