JO 2022 : grosse désillusion pour la France éliminée en quarts, les Autrichiens sacrés champions olympiques de l'épreuve par équipes

Les skieurs français, emmenés par Tessa Worley et Alexis Pinturault, ont été battus par la Norvège pour deux centièmes, dimanche.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Yanqing - Quentin Ramelet - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le skieur français Mathieu Faivre à l'arrivée du Team Event constate les dégâts : la France a été éliminée par la Norvège en quarts de finale, dimanche 20 février. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Trois médailles, une de chaque couleur : ce sera bien le bilan final de l'équipe de France de ski alpin aux Jeux de Pékin. Les Bleus, engagés dans l'épreuve par équipes, se sont en effet inclinés dès les quarts de finale face à la Norvège. Une vraie déception pour Tessa Worley, Coralie Frasse Sombet, Alexis Pinturault et Mathieu Faivre qui visaient le titre mais qui ont été battus pour deux petits centièmes seulement. Leurs bourreaux sont ensuite montés sur le podium, terminant à la troisième place. Ce Team Event, qui a encore été disputé dans des conditions difficiles à cause du vent, a finalement été remporté par l'Autriche, numéro une mondiale, devant l'Allemagne.

Rageant, cruel, ou frustrant : voilà les adjectifs qui viennent à l'esprit lorsque l'on analyse de plus près l'élimination de l'équipe de France en quarts. Pourtant, et sous les bourrasques de vent polaires de Yanqing, les quatre skieurs tricolores avaient très bien lancé leur matinée. Les Bleus avaient en effet disposé de la modeste République tchèque sans la moindre difficulté (3-1). Mais au tour suivant, la donne a changé lorsqu'il a fallu affronter la quatrième nation mondiale de l'épreuve, déjà médaillée de bronze il y a quatre ans à Pyeongchang.

Si Alexis Pinturault (23''74) et Coralie Frasse Sombet ont assuré sur la piste bleu, les défaillances sont venues de Tessa Worley (+0''36) contre Thea Louise Stjernesund, et Mathieu Faivre (+0''16) face à Fabian Wilkens Solheim. À deux partout, c'est donc le temps cumulé qui a finalement départagé les deux escouades. Pour deux petits centièmes, la France est ainsi passée à la trappe. Terrible lorsque l'on a vu plus tard l'Autriche se qualifier en finale avec un temps en-deça (48"28) de celui des Français (48''25).

52 victoires sur 60 duels sur la piste bleu

Mais si la contre-performance tricolore aura été un tournant de ce Team Event, la course a surtout été marquée par un phénomène physique provoquée par une pente pas forcément équilibrée. Sur les 60 duels qui ont été disputés des huitièmes de finale jusqu'au sacre des Autrichiens, 52 ont été remportés sur la seule et même piste bleue. Un écart ahurissant, d'autant plus que 14 des 17 sorties de piste ont également été observés sur cette même partie de tracé.

Un constat notamment partagé par Alexis Pinturault au micro de France Télévisions : "Le vent change beaucoup de choses. Il était beaucoup plus latéral sur la piste rouge, et le bleu avait l'air plus rapide. Ils essayent de faire des tracés extrêmement identiques mais c'est toujours difficile." Pour autant, ce n'est pas une excuse pour l'échec des Bleus comme l'a souligné Mathieu Faivre : "C'est une problématique du parallèle qu'on a réussi à gommer en individuel, mais ici chaque athlète passe dans un seul tracé donc c'est compliqué. Mais ça fait partie du jeu et on l'accepte tous."

Les Autrichiens et les Allemands, par exemple, n'ont jamais été perturbés par cette différence de tracé. Les premiers, portés par Katharina Truppe, Katharina Liensberger (vice-championne olympique de slalom), Stefan Brennsteiner et Johannes Strolz, doré sur le combiné et argenté derrière Clément Noël en slalom, ont été irristibles du début jusqu'à la fin. Première nation du circuit, l'Autriche est donc venue à bout de l'Allemagne grâce à un meilleur temps cumulé (2-2, +0''19). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski alpin aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.