Guerre en Ukraine : le point sur toutes les sanctions décidées par les instances sportives internationales

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie jeudi, les sanctions se multiplient à l'encontre des sportifs, clubs et équipes nationales russes et biélorusses.

Article rédigé par
Maël Russeau - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min.
Sergio Perez lors du Grand Prix de Russie, le 26 septembre 2021. (HOCH ZWEI / HOCH ZWEI)

L'invasion de l'Ukraine par la Russie, jeudi 24 février a déclenché une vague de réactions au niveau international. Du soutien des athlètes aux sanctions des instances, le monde du sport a également été bouleversé. Devant la gravité de la situation, de nombreuses fédérations internationales ont réagi et pris des sanctions à l'égard des représentants de la Russie, mais aussi de la Biélorussie, suivant la recommandation faite par le Comité international olympique, lundi 28 février.

Formule 1 : le Grand Prix de Sotchi déprogrammé, les pilotes autorisés à courir sous drapeau neutre, mais pas Mazepin au Royaume-Uni

Le promoteur du championnat du monde de Formule 1 a annoncé, jeudi 3 mars, rompre définitivement son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

"Formula 1 peut confirmer qu'elle a mis fin à son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, ce qui signifie que la Russie n'aura plus de course à l'avenir", a indiqué le promoteur de la F1 à la presse. Le GP de Russie 2022, annulé la semaine dernière après l'invasion russe en Ukraine, devait être le dernier organisé à Sotchi avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg.

De plus, la Fédération britannique de sports mécaniques a officialisé, mercredi, qu'aucune équipe licenciée russe ou biélorusse, ni même pilote ou officiel, ne serait autorisée à participer à des compétitions de sport automobile au Royaume-Uni. Les symboles, couleurs ou drapeaux russes ou biélorusses, présents sur les uniformes, équipements ou voitures sont également proscrits. Nikita Mazepin, qui conduit une Haas, sera donc absent du Grand Prix de Silverstone, prévu au mois de juillet prochain, selon cette interdiction.

Le Comité paralympique impose aux Russes et Biélorusses d'être sous bannière neutre à Pékin... avant de décider de leur exclusion

À deux jours de l'ouverture des Jeux paralympiques de Pékin, le Comité international paralympique a décidé, dans un premier temps, d'appliquer les recommandations du CIO, en autorisant les athlètes russes et biélorusses à participer aux épreuves, mais sous bannière neutre, et sans hymne. Par ailleurs, elle a décidé d'exclure les deux délégations du tableau des médailles.

Le lendemain, à la veille de la cérémonie d'ouverture, les sportifs russes et biélorusses ont finalement été exclus de la compétition.

Football : la Fifa et l'UEFA frappent fort

Mis dos au mur par les fédérations polonaises, suédoises et tchèques qui refusaient de jouer leur match de barrages contre la Russie quelles que soient les conditions ou le lieu, la Fifa et l'UEFA ont décidé d'exclure la sélection russe de la prochaine Coupe du monde au Qatar en fin d'année. Les clubs russes ont subi le même sort pour les compétitions européennes. Une décision qui concerne le Spartak Moscou, qui devait jouer un huitième de finale de Ligue Europa contre Leipzig. L'UEFA a également décidé que les clubs et la sélection biélorusses devront jouer leurs rencontres européennes à domicile sur terrain neutre et à huis-clos.

La Fédération russe, organisatrice de la dernière Coupe du monde s'est dite "en désaccord total avec la décision de la Fifa et de l'Uefa de suspendre les équipes russes" en dénonçant une mesure "discriminatoire". Comme le CIO, la Fifa avait déjà pris des mesures intermédiaires plus tôt en obligeant les footballeurs russes à jouer sous bannière neutre et sans hymne national et interdisant la sélection et les clubs de recevoir une rencontre internationale. L'UEFA a également pris la décision de déplacer la finale de la Ligue des champions, prévue à Saint-Pétersbourg, au Stade de France.

Basket : les clubs russes suspendus en Euroligue et en Eurocoupe, les équipes interdites des compétitions de la FIBA

Là encore, tout s'est décidé progressivement. Tout d'abord, le club de Barcelone est monté en première ligne en refusant de se déplacer pour un match au Zénith Saint-Pétersbourg, le jour de l'invasion de l'Ukraine. L'Euroligue a ensuite annoncé un report de la rencontre, avant celui de tous les matchs impliquant une équipe russe, au nombre de trois dans cette compétition. Tony Parker, président de l'Asvel, avait, pour sa part, assuré que son club ne se rendrait pas en Russie. 

L'Euroligue a fini par suspendre les trois clubs russes engagés dans sa compétition. Avec, pour conséquences, l'annulation pure et simple de tous leurs matchs restants, mais également de tous ceux déjà joués, pour des raisons d'équité sportive. Les trois clubs russes étaient dans le top 8 donc dans la course aux play-offs. Les clubs russes sont également exclus de l'Eurocoupe, deuxième échelon européen géré par la même société que l'Euroligue. 

La Fédération internationale de basket (Fiba) a ensuite annoncé que les équipes et officiels de matchs russes ne seraient plus autorisés à participer à ses compétitions (y compris en 3x3). La Russie était notamment engagée dans les qualifications au Mondial 2023.

Cyclisme : des équipes russes et biélorusses écartées du calendrier international par l'UCI

L'Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mardi 1er mars dans un communiqué ses mesures en réaction à la situation en Ukraine. Parmi les huit points annoncés, figure en haut de la liste la suspension des équipes et sélections nationales russes et biélorusses à toutes les épreuves du calendrier international.

Au total, six équipes (trois russes, trois biélorusses) sont destituées de leur statut UCI. L'équipe Gazprom-Rusvelo, fer de lance du cyclisme russe, récente gagnante sur l'UAE Tour, ne pourra plus courir jusqu'à nouvel ordre.

Patinage artistique : des championnats du monde sans athlètes russes ni biélorusses

Organisés à Montpellier du 21 au 27 mars, les championnats du monde de patinage artistique se dérouleront sans les 18 athlètes russes initialement qualifiés. L'International skating union (ISU) a annoncé leur exclusion mardi 1er mars, "suivant les recommandations du CIO". Les Russes, qui ont glané cinq médailles sur les douze remises à Pékin, partaient favoris. 

Rugby : la Russie et la Biélorussie suspendues jusqu'à nouvel ordre

La Russie et la Biélorussie ont été suspendues mardi de toute participation au rugby international "jusqu'à nouvel ordre" par l'instance dirigeante mondiale, World Rugby. Le comité exécutif de la fédération internationale a décidé "la suspension totale et immédiate de la Russie et du Bélarus de toutes les activités internationales de rugby et de rugby de club transfrontalier jusqu'à nouvel ordre", et "la suspension totale et immédiate de la Fédération russe de rugby de son statut de membre de World Rugby jusqu'à nouvel ordre", indique le communiqué.

Tennis : les Russes et Biélorusses exclus de la Coupe Davis et de la Billie Jean King Cup mais autorisés à jouer sur les circuits ATP et WTA

La Russie ne pourra pas défendre ses titres en Billie Jean King Cup et en Coupe Davis. C'est le résultat d'une décision annoncée mardi 1er mars par les différentes instances mondiales du tennis. Une décision qui s'applique également à la Biélorussie. De même, les tournois ATP et WTA de Moscou, prévus en octobre, sont suspendus.

Toutefois, les joueuses et joueurs biélorusses et russes, peuvent, "pour le moment" continuer de jouer sur les circuits ATP et WTA comme sur les Grands Chelems. En revanche, ils ne joueront pas sous les couleurs et le nom de leur pays "jusqu'à nouvel ordre".

Volleyball : pas de Coupe du monde en Russie, et exclusion des joueurs, clubs, équipes nationales russes et biélorusses en Europe

Ce sont les sélections nationales qui ont poussé la Fédération internationale (FIVB) à agir. Earvin Ngapeth avait, via un tweet, lancé les hostilités en exprimant son intention de boycotter la compétition si elle se tenait en Russie.  

Le président de la Fédération française avait ensuite publiquement annoncé que la France ne se rendrait pas en Russie pour participer aux Mondiaux lors d'un Facebook Live. La Fédération internationale de volley a finalement décidé le retrait de l'organisation de la Coupe du monde 2022 (août-septembre) à la Russie, mardi, sans annoncer de nouveeau lieu pour le moment. 

Dans son sillage, la Confédération européenne de volley a décidé d'exclure les équipes, clubs, joueurs et officiels russe et biélorusses de toutes les compétitions de volley, beach volley ou snow volley. Elle a également suspendu tous les membres des deux fédérations nationales de leurs fonctions européennes.

Athlétisme : les sportifs russes et biélorusses bannis des compétitions

World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme a annoncé mardi que les athlètes russes et biélorusses sont bannis à partir de ce jour de toutes les futures compétitions dans un avenir prévisible et avec effet immédiat".

Ils ne pourront donc pas participer aux prochains Mondiaux en salle à Belgrade (18 au 20 mars), puis en plein air à Eugene (Oregon) en juillet. World Athletics se réserve la possibilité de prendre des "mesures supplémentaires, y compris la suspension de la fédération biélorusse", du fait du soutien apporté par Minsk à l'armée russe.

Handball : les clubs et les sélections russes et biélorusses suspendus

La Fédération européenne de handball a suspendu les clubs biélorusses et russes de la Ligue des champions et de l'European League, lundi. Conséquence directe, Nantes voit son match de mardi annulé contre le Chekhovskie Medvedi en European League. Paris, ne pourra pas non plus disputer son match de Ligue des champions face au club ukrainien du Motor Zaporozhye, du fait d'autres raisons assez évidentes. 

L'interdiction touche de plein fouet le club masculin biélorusse de Meskhov Brest et les clubs féminins russes de Rostov et du CSKA Moscou en Ligue des champions. Les sélections féminines des deux pays ne pourront pas disputer les matchs de qualifications en vue du prochain championnat d'Europe. 

Hockey : la Fédération internationale participe à "la pression internationale sportive"

Les champions olympiques à Pyeongchang en 2018 ainsi que les vice-championnes olympiques à Pékin en 2022 ne pourront pas participer aux prochains championnats du monde. La Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a pris la décision de suspendre les équipes nationales russes et biélorusses lundi après les recommandations du CIO. Le président de l'IIHF, Luc Tardif, a expliqué à franceinfo: sport vouloir participer à "la pression internationale sportive".

Ski : la FIS annule toutes les compétitions prévues en Russie

Après un gigantesque camouflet et des qualifications pour le ski-cross à Sunny Valley (Russie) qui se sont tenues avec seulement six athlètes russes du fait du boycott de tous les autres, la Fédération internationale de ski (FIS) a décidé vendredi d'annuler les étapes de Coupe du monde prévues en Russie. Ski-cross, ski de fond et toutes les autres disciplines régies par la FIS sont donc concernées.

Biathlon : les athlètes russes et biélorusses interdits de concourir

Après avoir annoncé que les athlètes russes et biélorusses pourraient participer sous barrière neutre et sans aucune référence à leur pays, la Fédération internationale de biathlon (IBU) a resserré ses sanctions mercredi. Les biathlètes russes et biélorusses ne sont désormais plus autorisés à concourir aux compétitions internationales "jusqu'à nouvel ordre." L'IBU doit encore se réunir pour décider d'une potentielle suspension des deux fédérations nationales. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.