Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : la fédération internationale d'athlétisme bannit les sportifs russes et biélorusses de ses compétitions

Les Russes ne pourront pas participer aux championnats du monde en salle à Belgrade, en mars.

Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
La Russe Maria Lasitskene, le 15 février 2021, à Moscou. (VLADIMIR ASTAPKOVICH / SPUTNIK / AFP)

Au tour de World Athletics (la fédération internationale d'athlétisme) de suivre le mouvement international. Les Russes et les Biélorusses sont désormais bannis de toutes les compétitions d'athlétisme "dans un avenir prévisible et avec effet immédiat", a annoncé l'instance, mardi 1er mars. Elle suit ainsi les recommandations du Comité international olympique, et emboite le pas à d'autres fédérations comme celle du patinage artistique  ou celle du hockey sur glace.

Les sportifs de ces deux pays ne participeront donc pas aux Mondiaux en salle de Belgrade (18 au 20 mars), ni à ceux en plein air à Eugene (Oregon) en juillet, précise World Athletics dans un communiqué.

Pas de Lasitskene ni de Sidorova

Ainsi, la championne olympique du saut en hauteur de Tokyo en 2021, Maria Lasitskene, ne pourra se rendre à Belgrade pour conquérir un troisième titre mondial en salle. La vice-championne olympique de saut à la perche, Anzhelika Sidorova, doit également renoncer.

Après des sanctions liées au scandale de dopage organisé, la Russie avait bénéficié d'un plus grand quota d'athlètes pouvant être envoyé aux Mondiaux (mais participant aux épreuves sous drapeau neutre). Fin 2021, World Athletics avait fait passer ce nombre de dix à 20 représentants. Le pays, lui, reste officiellement suspendu.

World Athletics se réserve la possibilité de prendre des "mesures supplémentaires, y compris la suspension de la fédération biélorusse", du fait du soutien apporté par Minsk à l'armée russe. La fédération internationale d'athlétisme doit se réunir la semaine prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.