Cet article date de plus de cinq ans.

Sept réponses à votre beau-père Jean-Louis qui en a déjà marre de l'Euro (avant même qu'il ait commencé)

Du 10 juin au 10 juillet, la France accueille le championnat d'Europe de football. Un événement qui n'est pas forcément du goût de tout le monde, et surtout de Jean-Louis. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Olivier Giroud, le 6 juin 2016 à Clairefontaine (Yvelines).  (MAXPPP)

Malgré le beau temps qui règne sur la France à l'approche de l'Euro, qui débute le 10 juin, le rituel du gigot-flageolets chez belle-maman n'a pas bougé d'un iota. Le vin aidant, les esprits s'échauffent, et votre beau-père Jean-Louis, qui vous avait déjà méchamment asticoté sur l'Eurovision, met le sujet qui fâche sur le tapis entre la poire et le fromage : cette foutue compétition de foot qui va détourner l'attention des gens des vrais sujets pendant un mois. 

> Suivez la première journée de l'Euro en direct.

"L’Euro qui commence, c’est l’angoisse. On va en bouffer à toutes les sauces, à la télé, dans les commerces, dans nos assiettes…"

Effectivement, Jean-Louis, tu n'as pas tort. Les gens qui n'aiment pas le foot risquent de souffrir pendant un mois. Même si la marque "Euro 2016" est limitée à un nombre strict de partenaires – qui mettent la main à la poche pour cela –, nombreuses sont les marques qui cherchent à surfer sur la compétition.

Parmi les initiatives les plus improbables, on retient notamment celle des fast-foods Speed Burger qui proposent un burger au pain bleu. (Et souviens-toi, un burger noir lancé par Burger King pour Halloween avait donné lieu à une déferlante de photos d’excréments verdâtres sur les réseaux sociaux… On pourrait avoir droit au même traitement.) Toujours au rayon alimentaire, mais plus classieux, l’épicier de luxe Fauchon propose un éclair bleu-blanc-rouge.

Et ce n'est pas tout : body pour nourrisson, eau de toilette officielle de l’Euro (qui, on l’espère, ne sent pas le vestiaire), réplique du trophée (15 cm, 300 euros), bonnet officiel de la compétition… Si, si, un bonnet en laine pour une compétition qui se déroule en juin. 

Attends-toi aussi à voir Super Victor, la mascotte de l’Euro, décliné sur tous les supports, comme son prédécesseur Footix. Les ventes de jouets liés à l’Euro sont en hausse de 70% par rapport à celles du Mondial 2014. Et si la France va loin, il y en aura sans doute encore au pied du sapin en décembre…

"C'est l'état d'urgence, on peut pas stationner devant les écoles, et on organise l'Euro ? C'est logique ?"

On ne va pas se mentir Jean-Louis, ça risque d’être la galère durant un mois. Mais seulement si tu te balades dans les zones ou les villes où il y a des matchs et des supporters. Pour t’aider, francetv info a fait la carte des camps de base des équipes, ainsi que celle des stades et des "fan zones".

Ce qui est certain, c’est que l’événement, après les attentats de novembre, arrive au pire moment. Plus de 90 000 policiers, gendarmes et agents privés assureront la sécurité lors de l'Euro. Et au moins 3 000 policiers supplémentaires ont été mobilisés en renfort en Ile-de-France.

Insuffisant, selon toi ? Peut-être, d’autant que les policiers eux-mêmes invitent "à aller brûler des cierges à Lourdes si on ne veut pas d'incidents" dans la "fan zone" parisienne. Et tu n'es pas le seul à t'inquiéter : Londres estime que les "fan zones", les stades et les lieux où seront retransmis les matchs représentent des cibles potentielles.

J'imagine que tu as déjà dû voir les incendies au Stade de France et la galère des supporters lors de la finale de la Coupe de France ? Cette répétition de l'Euro a servi de test pour les autorités, qui ont constaté des "dysfonctionnements" et pris des mesures supplémentaires. Cent quatre-vingts policiers étrangers vont être déployés en renfort pour traquer les hooligans, a notamment annoncé Bernard Cazeneuve. Les contrôles aux frontières sont aussi renforcés et une cellule d'analyse des risques fonctionnera 24 heures sur 24 pour fournir un "état des menaces".

Enfin, dernier dispositif dévoilé : l'appli SAIP (pour "système d'alerte et d'information des populations") que tu peux télécharger. Le principeêtre alerté, sur ton smartphone, "en cas de suspicion d'attentat ou d'événement exceptionnel", en fonction de ta géolocalisation. Rassuré Jean-Louis ? 

"De toute façon, on se donne du mal pour que les Allemands soulèvent le trophée à la fin, hein…"

Tu vas vite en besogne, Jean-Louis ! Les Allemands sont favoris, mais pas pour tout le monde. Regarde ce qu’en pense la très sérieuse banque Goldman Sachs. Le prestigieux établissement américain a mis ses experts en statistiques à contribution pour livrer ses pronostics. Résultat : la probabilité de voir les Bleus soulever le trophée le 10 juillet est de 23%, devant l'Allemagne (20%), l'Espagne (14%) et l'Angleterre (11%). C’est plus ouvert que ce que tu crois, non ?

Ça, c’est pour les favoris, mais sur les 24 équipes en lice, il faudra aussi compter sur la Belgique, l’Italie (comme à chaque fois, on te l’accorde), mais aussi la Pologne. Et puis rappelle-toi le Danemark en 1992 et la Grèce en 2004. Des vainqueurs que personne n’avait vu venir. Alors garde la foi, Jean-Louis !

"C’est encore un coup de la gauche pour remonter dans les sondages !"

Calmos, Jean-Louis ! Premièrement, François Hollande n’y est pas pour grand-chose : la désignation du pays organisateur a eu lieu en mai 2010, sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

Ensuite, même si le président espère plus ou moins secrètement se refaire la cerise dans les sondages, c’est loin d’être gagné. Si un rebond est possible, comme ce fut le cas pour Jacques Chirac en 1998, il ne sera que ponctuel. Impossible pour le chef de l’Etat de capitaliser là-dessus pour espérer se relancer en vue de la présidentielle de 2017.

"Ça va coûter une blinde, mes impôts vont encore augmenter !"

Là, tu n'as pas tort. Le coût de l’Euro 2016 est estimé entre 2 et 3 milliards d’euros (pour les stades et les infrastructures), à la charge de l’Etat et des collectivités locales. La région Nord-Pas-de-Calais a par exemple bâti à ses frais le stade de Lille et fait rénover celui de Lens. Des investissements qui se répercuteront sur la feuille d’impôts des contribuables. Les bénéfices directs de la compétition vont, eux, directement dans la poche de l’UEFA – et exonérés d’impôts, s’il vous plaît !

En 1998, la Cour des comptes avait déploré dans son rapport d’après-compétition (p. 267 du PDF, si tu es curieux, Jean-Louis) la situation de faiblesse de l'Etat face à la Fifa. C’est encore pire aujourd’hui.

Mais aucune étude n’a prouvé que l'organisation d'un grand évènement sportif entraînait à elle seule une hausse des impôts. Méfie-toi aussi des annonces des politiques qui promettent monts et merveilles quant aux retombées : on n’en sait rien, en fait.

"Comme en 1998 avec Gloria Gaynor, on va entendre David Guetta en boucle pendant trois mois. Pitié !"

Rien n’est moins sûr ! La chanson officielle est rarement celle qui s’impose dans le cœur du public. L’hymne du Mondial 1998, La Cour des grands, chanté par Axelle Red et Youssou N’Dour, a été éclipsé par I Will Survive, popularisé par Vincent Candela dans le bus des Bleus.

De la même façon, qui se souvient de l’hymne du dernier Mondial, réalisé par Pitbull (avec Jennifer Lopez au refrain) ? Il avait été détrôné par le La la la de Shakira, que la Fifa avait rattrapée par le col pour la cérémonie de clôture.

Bref, rien ne dit que le fade This One's for You, de l’artiste français le plus connu à l’étranger, va s’imposer comme la chanson de l’été.

"Le foot féminin, voilà un sport avec de vraies valeurs. Pourquoi on n'accueille pas une compétition de femmes ?"

Rassure-toi Jean-Louis, tu pourras voir évoluer la crème du foot féminin dans trois ans. La France accueillera le Mondial 2019... et je parie que tu râleras encore lors du déjeuner dominical après le gigot-flageolets. D'ailleurs, il en reste, alors ressers-toi, je t'en prie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.