Paris 2024 : ces sportifs qui cherchent des sponsors

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Paris 2024 : ces sportifs qui cherchent des sponsors
Article rédigé par France 2 - C. Tixier; L. Houeix, N. El Abid, J. Fantauzzo
France Télévisions
France 2
Faute de revenus suffisants dans leur discipline, certains athlètes doivent démarcher des entreprises et même contracter un emprunt bancaire pour financier leur carrière. Voici les témoignages d’une escrimeuse et d’une hockeyeuse sur gazon.

Camille Hermay part à l’assaut des JO. L’escrimeuse a déjà la tête en 2024, et cette année, elle se concentre uniquement sur le sport. Car côté finances, tout est payé par ses sponsors. Des partenaires qu’elle démarche depuis des années avec son père, chez elle, en Normandie. Elle leur rend visite plusieurs fois dans l’année, et sont plus d’une quarantaine. 

Pas de grandes entreprises, uniquement des commerçants et artisans locaux. Un grossiste en peinture donne tous les ans 500 euros. "Savoir ce qu’ils font avec notre argent (…) ça fait plaisir, et ça c’est primordial", dit Laurent Crocqueville, gérant d’Accès peintures à Bretteville-sur-Odon (Calvados). L’escrimeuse a besoin de 20 000 euros chaque année. Les entreprises l’aident sous forme de mécénat, un don déductible à 60% des impôts. Un soutien indispensable pour continuer une carrière marquée par les succès et les défaites.  

Le hockey sur gazon ne rapporte pas  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.