Maisons extraordinaires : Hearst Castle, le manoir le plus fou de Californie

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Maisons extraordinaires : Hearst Castle, le manoir le plus fou de Californie -
Maisons extraordinaires : Hearst Castle, le manoir le plus fou de Californie Maisons extraordinaires : Hearst Castle, le manoir le plus fou de Californie - (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. de La Mornais, A. Filippi, K. Sullivan Den Bergh
France Télévisions
France 2
Voici le premier volet d’une série consacrée à des maisons absolument exceptionnelles à travers le globe. Direction Hearst Castle, en Californie (États-Unis).

Il domine le Pacifique, toisant l’horizon sur une colline entre Los Angeles et San Francisco (Etats-Unis). Ici, tout est inclassable. Est-ce un temple romain, une église ou un château hispanique ? Et comment expliquer ces zèbres sur ses pentes ? Voici la maison la plus folle de Californie, le projet d’une vie d’exubérance et de travail acharné, Hearst Castle. Avec un but avoué, dès l’arrivée dans les jardins : époustoufler les visiteurs. "La pièce la plus ancienne du domaine est cette tête de lionne, avec un disque solaire. Elle est vieille de 3 500 ans", explique un guide. 

William Randolph Hearst et Julia Morgan

Toutes les pièces d’art du domaine ont été acquises lors de ventes aux enchères au début du XXe siècle. Ce lieu, aujourd’hui propriété de l’État de Californie, est à la fois un musée et une demeure historique. Ici, tout est authentique, des tapisseries flamandes et françaises du XVIe siècle au plafond importé d’un palais italien Renaissance.

Ce lieu était l’œuvre de deux vies. D'abord, celle du propriétaire, William Randolph Hearst, un milliardaire qui fut le tout premier magnat des médias américains dans les années 1920. C’est lui qui inspire le personnage de Citizen Kane à Orson Welles. Mais c’est aussi la création d’une architecte visionnaire, l’Américaine Julia Morgan, francophile passionnée qui fut la première femme architecte, diplômée des Beaux-Arts à Paris. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.