Disparition de Peng Shuai : nouvel échange vidéo entre la joueuse et le CIO, qui revendique une "diplomatie discrète"

La joueuse de tennis avait disparu publiquement après avoir accusé un ancien haut-dirigeant chinois de viol.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Peng Shuai, le 29 mai 2018 au tournoi de Roland-Garros à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé, jeudi 2 décembre, avoir réalisé un nouvel entretien vidéo avec la joueuse de tennis Peng Shuai. Il a essentiellement répondu aux accusations de complaisance avec la Chine en défendant son "approche humaine" de la situation.

"Nous partageons la même inquiétude que nombre d'autres personnes et organisations au sujet du bien-être et de la sécurité de Peng Shuai", mais "nous avons opté pour une approche très humaine et centrée sur la personne, plaide l'instance olympique dans un communiqué. Notre approche humaine et centrée sur la personne signifie que nous continuons à nous préoccuper de sa situation personnelle et que nous continuerons à la soutenir."

En revanche, le communiqué ne donne aucun élément factuel sur la situation de la joueuse de tennis chinoise, ni sur ses accusations de viol : "Nous lui avons offert un large soutien, resterons en contact régulier avec elle et avons déjà convenu d'un rendez-vous personnel en janvier."

Un deuxième appel vidéo entre le CIO et la joueuse en moins de 15 jours

"Nous utilisons la 'diplomatie discrète' qui, compte tenu des circonstances et sur la base de l'expérience des gouvernements et d'autres organisations, est indiquée comme la manière la plus prometteuse de procéder efficacement dans de telles questions humanitaires", a poursuivi le CIO. Ce communiqué intervient peu de temps après que la Chine a demandé, par la voix d'un porte-parole, de ne pas "politiser" cette affaire, à la suite de la décision de la WTA de ne plus organiser de tournois sur le territoire chinoise. Une prise de position soutenue par de très nombreuses personnalités du tennis.

La CIO, par l'intermédiaire de son président Thomas Bach, s'était déjà entretenu avec Peng Shuai  via une visioconférence le 21 novembre dernier, quatre jours seulement après la dernière apparition publique de la tenniswoman. Elle avait, quelques temps avant, accusé Zhang Gaoli, un ancien haut dirigeant chinois, d'avoir abusé d'elle. Mais cette première vidéo entre le CIO et la joueuse n'avaient pas convaincu au sein de la WTA et du tennis mondial. Il est peu probable que cette deuxième discussion y parvienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers WTA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.