Disparition de Peng Shuai : le président de la WTA, Steve Simon, annonce la suspension des tournois de tennis féminin en Chine

Le 2 novembre, la joueuse de tennis avait accusé de viol un ancien haut-dirigeant chinois, Zhang Gaoli. Depuis, les inquiétudes sur son sort se multiplient. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La Chinoise, Peng Shuai, lors du tournoi de Pékin, le 2 octobre 2017. (GREG BAKER / AFP)

"Profondément inquiète" depuis la disparition de Peng Shuai, la WTA a décidé de frapper fort. L'instance qui chapeaute le tennis féminin a annoncé suspendre les tournois en Chine, ce mercredi 1er décembre.

Dans un communiqué de presse, le président de la WTA, Steve Simon, explique son choix "en tout bonne conscience". : "Si des personnes puissantes peuvent réprimer la voix des femmes et balayer les allégations d'agression sexuelle sous le tapis, alors la base sur laquelle la WTA a été fondée – l'égalité pour les femmes – subirait un immense revers. Je ne veux pas et je ne peux pas laisser cela arriver à la WTA et à ses joueuses."

"Comment je peux demander à nos athlètes de participer à des tournois quand Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement"

"J'annonce la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong. En bonne conscience, je ne vois pas comment je peux demander à nos athlètes d'y participer à des tournois quand Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement et a, semble-t-il, subi des pressions pour revenir sur ses allégations d'abus sexuels, poursuit Steve Simon. J'espère que les dirigeants du monde vont continuer à se manifester pour que justice soit rendue à Peng et à toutes les femmes, quelles qu'en soient les conséquences financières", a souligné Steve Simon dans son communiqué."

Lors de la saison 2019, la dernière à ne pas avoir été impactée par le Covid-19, 10 tournois avaient été organisés en Chine, dont les Masters féminins de fin d'année qui, avec 14 millions de dollars, avaient été mieux dotés financièrement que leurs équivalents masculins.

Un mois de peur et de questions 

Disparue des radars après les accusations de viol contre un ancien haut-dirigeant chinois, Peng Shuai avait ému le monde entier. Le #WhereIsPengShuai étant devenu viral, une première réponse émanant du gouvernement chinois avait été formulée le 17 novembre. Un mail attribué à Peng Shuai avait alors expliqué que la joueuse se portait bien et se reposait chez elle.

Deux jours plus tard, alors que le mail n'avait fait qu'augmenter les peurs autour du sort de la joueuse, des images étaient cette fois publiées. Sur ces dernières, Peng Shuai apparaissait en public, lors d'un match de tennis. Des preuves de vie mais pas de sa liberté avait regretté la WTA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers WTA

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.