Ligue 1 : les raisons d'une saison gâchée pour le PSG, déchu de son titre de champion de France

Deuxième du championnat au terme d'une saison en dents de scie, le PSG a manqué de constance. Retour sur les raisons de cette saison parisienne gâchée.

Article rédigé par
Louise Gerber - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Neymar contre Rennes, le 9 mai 2021.  (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Pour la première fois depuis 2017, le PSG ne sera pas sacré champion de Ligue 1. Dimanche 23 mai, le titre est revenu à Lille, vainqueur à Angers (1-2), un point devant les hommes de Mauricio Pochettino. La faute notamment à une infirmerie parisienne bien garnie tout au long de l'année, à un Neymar trop peu présent et un changement d'entraîneur à la mi-saison. Retour sur les quatre raisons qui expliquent la saison en demi-teinte du PSG. 

Neymar encore à mi-temps

On pourrait croire que la star du PSG est employée à mi-temps. Cette saison, Neymar a raté plus d’un match sur deux (18 matchs joués sur 38 en Ligue 1). Malade ou souvent blessé, le Brésilien a également écopé de cinq matchs de suspension pour raisons disciplinaires. Avec neuf cartons, dont deux rouges, la discipline lui fait régulièrement défaut.

Troisième meilleur buteur du PSG (neuf buts dont cinq sur penalty), le débat s'est encore plus cristallisé sur l'attitude du numéro 10 parisien que sur ses performances. Ses coups de sang réguliers en fin de rencontre et sa tendance à préférer l'individualité au jeu collectif ont pu agacer, jusque dans son propre vestiaire. Prolongé jusqu'en 2025, Neymar continue toutefois de faire l'unanimité auprès des dirigeants du club parisien.

Mbappé, incontournable mais esseulé

Kylian Mbappé est particulièrement indispensable à l'équipe de Mauricio Pochettino cette saison - comme il l'a encore montré lors de la finale de Coupe de France. Meilleur joueur et meilleur buteur de Ligue 1 (27 buts en 31 matchs) et joueur le plus décisif du championnat, l'international français pèse près de 33% des buts parisiens cette saison. Une statistique qui met en évidence à quel point le club de la capitale est dépendant de son attaquant star. 

Même quand il ne marque pas, Mbappé fait souvent la différence sur le terrain par sa vitesse, sa qualité technique et son sens du collectif. Problème : ses coéquipiers en attaque sont moins efficaces (0,87 but marqué par match pour le natif de Bondy contre 0,5 pour Neymar et pour Moise Kean) et son absence sur le terrain se fait donc énormément ressentir. Dernier exemple en date : la demi-finale retour de Ligue des champions face à Manchester City (0-2).

Un changement de coach en cours de saison

Le limogeage de Thomas Tuchel a certainement dû jouer dans la balance pour le PSG. Mauricio Pochettino a pris la place de l'Allemand, démis de ses fonctions en décembre 2020 après 17 journées de championnat (et deux ans et demi sur le banc parisien). 

Un scénario qui n'est pas sans rappeler la saison 2011-2012 lorsque le PSG, pourtant leader lors de la trêve hivernale, avait remplacé Antoine Kombouaré par Carlo Ancelotti. Cette première grande décision de l'ère QSI s'est avérée être un mauvais choix : si les Parisiens ont joué le titre jusqu'à la dernière journée, ils ont terminé deuxièmes du championnat, derrière Montpellier.

L'accumulation des absences

Le PSG a dû énormément faire tourner son effectif. À la mi-saison, les onze joueurs les plus utilisés par le club de la capitale n’avaient disputé que 58% des minutes de jeu, selon l'Observatoire du football CIES. Une rotation en grande partie forcée par les nombreuses blessures et les cas positifs au Covid-19 cette saison (81 absences de joueurs en tout cette saison).

Paris n'a pas été aidé par un calendrier infernal qui l'a obligé à reprendre le championnat juste après le Final 8 de Ligue des champions en août, sans réelle coupure. Comme d'autres clubs européens (le Real Madrid, le Bayern ou Liverpool), le PSG en a payé les conséquences. 

Les absences ont notamment bouleversé le secteur défensif des Parisiens. Presnel Kimpembe et Marquinhos, la charnière la plus efficace, ont été victimes de pépins physiques et leurs remplaçants n'ont pas toujours été au niveau. Sur les flancs, l'absence prolongée de Juan Bernat (opéré du genou en septembre) a laissé le PSG démuni au poste de latéral gauche. À droite, l'irrégularité d'Alessandro Florenzi et Thilo Kehrer n'a pas aidé les Parisiens. Devant la défense, Marco Verratti a lui aussi connu son lot de blessures. Reste à espérer pour le PSG que son infirmerie sera moins remplie la saison prochaine. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Kylian Mbappé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.