France-Hongrie : "On a été incapables de réagir", estime Bixente Lizarazu

L'équipe de France a eu des occasions, mais ne les a pas converties face à la Hongrie, à Budapest, pour son deuxième match de l'Euro 2021. Après ce résultat nul, 1-1, les Bleus devront aller chercher leur qualification face au Portugal, mercredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Kylian Mbappé et Karim Benzema ont eu le plus grand mal à trouver la faille face à une défense hongroise héroïque à Budapest, lors du deuxième match des Bleus dans cet Euro 2021. (FRANCK FIFE / POOL)

L'équipe de France "a été incapable de réagir" face à la Hongrie, "on n'était pas dans un grand jour", a estimé samedi 19 juin le consultant football de franceinfo Bixente Lizarazu, après le match nul 1-1 des Bleus face aux Hongrois à Budapest, pour leur deuxième match de poule de l'Euro.

Le trio d'attaque Mbappé-Benzema-Griezmann "a manqué d'efficacité", face à des Hongrois qui "ont réussi à résister". Selon Bixente Lizarazu, le prochain match contre le Portugal sera "extrêmement serré".

franceinfo : Le trio des attaquants français n'a pas réussi à concrétiser. Cette attaque est une promesse, mais elle n'est pas une garantie ?

Bixente Lizarazu : Non, cela ne peut pas être une garantie. C'est vrai qu'on attend beaucoup de ce trio, du retour de Benzema. Et plus le temps passe, et plus c'est difficile pour lui, parce que les occasions, il les a. Mais il ne marque pas. Et je pense que cela commence à trotter dans sa tête. Comme c'est le joueur que l'on attend le plus, on en parle plus. Du coup, ce n'est pas facile à gérer. Mais je pense qu'il ne faut pas individualiser les choses sur le plan offensif. Ce trio Mbappé-Benzema-Griezmann, sur le papier, est extraordinaire, mais il a manqué d'efficacité. On a deux ou trois occasions en première période. Il manquait la finition. Moi, ma déception, c'est plutôt la deuxième mi-temps. On revient au score, on s'est peu créé d'occasions. On n'a pas réussi à mettre plus de rythme, plus de vitesse dans le match et globalement, cela a été décevant. Le rythme qu'ont mis les Hongrois, l'énergie qu'ils ont mise, cela nous a un peu étouffés et cela a été très difficile pour l'équipe de France.

Il faisait chaud, le stade était plein pour la première fois depuis quinze mois. Est-ce que le contexte explique que les Français n'ont pas pu mettre ce deuxième coup d'accélérateur ?

C'est ce qu'Antoine Griezmann a dit à la fin. Qu'il avait beaucoup souffert de la chaleur. C'est vrai qu'il faisait très chaud, mais il faisait chaud pour les deux équipes. Pour le premier match de l'Euro, on a joué contre les Allemands. Il y avait pour moi beaucoup plus de pression, beaucoup plus d'enjeu sur ce premier match. On l'a super bien passé. Là, on s'est peut-être relâchés, inconsciemment. On a raté la première période. Il était normal que cette équipe hongroise, sur les quinze premières minutes, nous mette le feu et vienne jouer avec son public. Mais sur la première période, c'est là où on doit faire la différence. Et après, on a été incapable de réagir. Aujourd'hui, on n'était pas dans un grand jour. On était physiquement moins bien. Techniquement, on a eu pas mal de déchets. Nos attaquants n'ont pas eu la réussite ou ont été maladroits devant le but. Cela fait quand même beaucoup de choses pour pouvoir faire la différence face une équipe modeste, mais qui a fait un match énorme avec son cœur, avec son orgueil et qui, face à son public, a réussi à rivaliser avec l'équipe de France. Bravo à eux ! Nous, on était en dessous de notre niveau habituel.

Les Hongrois ont tenu physiquement. Est-ce qu'ils vous ont surpris ?

Il faut leur rendre hommage. C'est une équipe qui, techniquement, est beaucoup plus faible que nous, avec beaucoup moins de talents que nous. Mais sur le courage, l'esprit collectif, l'intensité, sur le plan athlétique, ils ont réussi à résister. C'est une victoire pour eux de faire match nul. Et encore, ils font une erreur de débutant sur le but français. Ils peuvent aller gagner. C'est vrai que c'est un match très décevant, mais cela va peut-être un peu nous remettre les idées en place.

A quoi faut-il s'attendre contre le Portugal mercredi ?

C'est aussi un adversaire vraiment très fort. Le Portugal n'est pas une équipe qui joue. Comme l'équipe de France, il joue très défensif. Le coach portugais est un peu comme Didier Deschamps. Il aime bien que ce soit solide défensivement. Il met deux milieux purement défensifs qui ne prennent aucune initiative offensive. Ils vont jouer la défense. Et je crois que cela va être un match extrêmement serré. Le football nous surprend, mais il ne faut pas s'attendre à un 4-3. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Karim Benzema

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.