Tour de France 2021 : les cinq moments-clés qui ont fait basculer le Tour

Tadej Pogacar a remporté son deuxième Tour de France dimanche. Le Slovène a construit sa victoire en plusieurs coups, mais a aussi réussi à passer entre les chutes.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial - Théo Gicquel - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Tadej Pogacar (UAE-Emirates) lors de la 17e étape du Tour de France 2021. (DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / AFP)

Deuxième participation au Tour de France, et deuxième sacre pour Tadej Pogacar, dimanche 18 juillet. Mais cette fois, le Slovène n'a pas attendu l'avant-dernière journée pour se hisser en tête du classement général. Sur cette Grande Boucle 2021, le coureur de 22 ans a construit sa victoire grâce à plusieurs coups de maître.

3e étape : chutes en cascade et favoris au tapis

C’est le premier fait d’armes de Tadej Pogacar dans cette édition, et il n’a rien d’un exploit solitaire : le jeune Slovène a su éviter toutes les chutes qui ont émaillé les premières journées. Que ce soit lors des deux carambolages de la première étape, ou lors des chutes en cascade de la troisième, “Tamau” (le lutin en Slovène, son surnom) n’est jamais allé au tapis, au contraire de Geraint Thomas (Ineos-Grenadiers), ou de Primoz Roglic, son plus sérieux adversaire. Le leader de la formation Jumbo-Visma a perdu les pédales à l’arrivée à Pontivy, et a été contraint à l’abandon dans les Alpes.

Ces culbutes en cascade n’ont pas eu qu’un effet chronométrique immédiat. Par la suite, les outsiders Jack Haig, Warren Barguil où Simon Yates se sont résolus à quitter la course, tout comme les sprinteurs Arnaud Démare, Caleb Ewan ou Peter Sagan. De quoi écrémer au compte-gouttes le peloton. Pogacar n’en demandait pas tant.

Primoz Roglic à terre à 10 kilomètres de l'arrivée !

5e étape : Pogacar joue déjà la montre

Il était resté sur un contre-la-montre exceptionnel sur la Planche des Belles Filles, lors de la 20e étape du Tour de France 2020, qui lui avait ouvert le chemin du maillot jaune. Dix mois plus tard, Tadej Pogacar n’a rien perdu de sa puissance en solitaire. Dès la 5e étape, le Slovène a montré qu’il était pressé : une victoire supersonique lors du chrono en Mayenne, de quoi dégoûter Stefan Küng ou Wout Van Aert, les spécialistes attendus.

Avec tous ses concurrents relégués à une minute ou presque (sauf Roglic), Pogacar a raté le maillot jaune, détenu pour encore huit petites secondes par Mathieu van der Poel. Mais il a envoyé le message que tout le monde redoutait : cette fois, il n'a aucune intention d'attendre la dernière journée pour marquer son territoire.

Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) envoie un message fort à ses concurrents en remportant le contre-la-montre dans les rues de Laval ! Le Slovène devance Stefan Küng (Groupama - FDJ) et Jonas Vingegaard (Jumbo - Visma). Mathieu van der Poel (Alpecin - Fenix), 5e de l'étape, conserve son maillot jaune.

8e étape : sous le déluge, "Pogi" assomme le Tour

Si la bascule entre France 2 et France 3 intervient à un horaire variable chaque jour, la bascule de ce Tour de France a eu lieu un jour bien défini : c’est le 3 juillet que Tadej Pogacar a gagné le Tour de France 2021. En attaquant à 30 kilomètres de l'arrivée, dans le col de Romme, sous un déluge incessant et des températures glaciales, le tenant du titre a bousculé le scénario attendu. Richard Carapaz s’est accroché durant quelques centaines de mètres, avant de décrocher.

La suite a donné des vertiges aux téléspectateurs : Pogacar a remonté tous les échelons placés devant lui à grande vitesse, échouant finalement à 49 secondes du vainqueur Dylan Teuns, alors qu’il comptait plusieurs minutes de retard lors de son attaque. A l’arrivée, les écarts sont immenses : plus de trois minutes de débours pour Carapaz, Vingegaard et tous les outsiders annoncés. Le maillot jaune désormais sur ses épaules, plus personne ne reverra le lutin de Komenda.

Au terme d'une étape très animée, Dylan Teuns s'est imposé en solitaire devant Ion Izagirre et Michael Woods. Tadej Pogacar, de son côté, a assommé le Tour de France en s'emparant de la tunique jaune. Ses principaux concurrents terminent à plus de 3 minutes. Le deuxième du général, Wout Van Aert, pointe à 1'48'' et Alexey Lutsenko, troisième est à 4'38''.

11e étape : Vingegaard chatouille Pogacar dans le Ventoux

C’est la seule avarie rapidement rafistolée dans la croisière UAE-Emirates sur ce Tour de France. Lors de la 11e étape, Jonas Vingegaard a réalisé un tour de force que personne d'autre n'a réussi : décramponner le maillot jaune sur ce Tour. Sur les hauteurs du Mont Chauve, le Danois a décroché Pogacar de sa roue dans les derniers mètres de la deuxième ascension.

Une alerte finalement sans conséquence puisque le Slovène, Rigoberto Uran (EF) et Richard Carapaz (Ineos) ont fondu sur le Danois dans la descente vers Malaucène. Un frisson de doute que Pogacar a tenu à balayer lors de la première arrivée au sommet des Pyrénées.

Wout van Aert remporte en solitaire une étape de prestige ! Le Belge lève les bras à Malaucène après avoir franchi à deux reprises le Mont Ventoux. Dans le groupe des favoris, Jonas Vingegaard a distancé Tadej Pogacar avant d'être repris dans la descente du "Mont Chauve" par le maillot jaune, accompagné par Rigoberto Uran et Richard Carapaz. Au classement général, Ben O'Connor perd sa place sur le podium.

17e étape : l’avènement de l’ours des Pyrénées au col du Portet

C’est le dernier coup de massue de Tadej Pogacar sur ce Tour de France qui ne comptait déjà plus beaucoup de suspense. Lui qui n’avait pas encore remporté d’étape avec le maillot jaune sur les épaules a réparé cette anomalie lors de la 17e étape. Le Slovène a placé une accélération fatale dans les dernières encablures du col du Portet pour remporter sa première victoire en patron.

Moins impérial dans les Pyrénées que dans les Alpes, puisqu’il n’a jamais réussi à y décrocher Carapaz et Vingegaard de plus d’une dizaine de mètres, Pogacar a préféré jouer le glouton en allant glaner les deux bouquets lors des deux arrivées au sommet, chipant au passage le maillot à pois. Sous le couvercle de brouillard du Col du Portet et de Luz-Ardiden, Pogacar a anéanti tout espoir d’éclaircie pour ses adversaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cyclisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.