Vuelta : Primoz Roglic, Egan Bernal, Romain Bardet... Qui sont les favoris du 76e Tour d'Espagne ?

Les coureurs retrouvent les routes espagnoles, samedi, pour le dernier Grand Tour de la saison.

Article rédigé par
Elias Lemercier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Qui succèdera à Primoz Roglic, ici entouré de Richard Carapaz (à g.) et de Hugh Carthy (à dr.) sur le podium de l'édition 2020 de la Vuelta ? (OSCAR DEL POZO / AFP)

La 76e Vuelta débute samedi 14 août avec un plateau très compétitif, dont l'issue pourrait entrer dans l'histoire. La plupart des meilleurs grimpeurs du peloton seront présents sur les routes espagnoles : Primoz Roglic, Egan Bernal, Richard Carapaz, Mikel Landa. Seul Tadej Pogacar manque à l'appel, un mois après avoir gagné un deuxième Tour de France.

Les Français auront eux aussi l'occasion de briller avec un Romain Bardet en regain de forme et un Guillaume Martin qui connaît très bien cette course et y avait brillé en 2020.

Primoz Roglic (encore) en mission rédemption

Comme l'an passé, Primoz Roglic débarque sur le Tour d'Espagne pour sauver sa saison. Le Slovène a une nouvelle fois été trop juste pour remporter le Tour de France, cette fois-ci amoindri par une vilaine chute qui l'a forcé à abandonner avant le départ de la 9e étape. Et une nouvelle fois, les routes espagnoles peuvent être son terrain de rédemption. Une course qui réussit particulièrement bien au coureur de la Jumbo-Visma, vainqueur des deux dernières éditions et qui peut devenir le premier coureur depuis Roberto Heras (2003, 2004, 2005) à faire le triplé.

On l'a vu l'année dernière, son échec sur le Tour avait énormément motivé le Slovène. Trois podiums lors des trois premières étapes, dont un bouquet lors de la première, il avait terminé la Vuelta 2020 avec quatre victoires d'étape au compteur. S'il n'a toujours pas trouvé la faille sur la Grande Boucle, Roglic peut définitivement entrer dans l'histoire de la Vuelta cette année. D'autant que l'ex-sauteur à ski est en forme à l'image de son titre olympique sur le contre-la-montre des Jeux de Tokyo, où il avait essoré la concurrence.

Egan Bernal pour écrire une page d'histoire

Lui aussi peut écrire l'histoire du cyclisme. Egan Bernal peut devenir le dixième coureur à remporter deux Grands Tours la même année. Seuls Alberto Contador (Giro et Vuelta 2008) et Christopher Froome (Tour de France et Vuelta 2017) ont réussi cet exploit au XXIe siècle. Mais ce n'est pas tout.

Vainqueur du Giro en mai et du Tour de France en 2019, Egan Bernal peut aussi rejoindre le panthéon des vainqueurs sur les trois Grands Tours, en cas de succès sur cette Vuelta. Un club encore plus select puisque seuls sept coureurs ont réussi cette passe de trois (Merckx, Hinault, Anquetil, Gimondi, Contador, Nibali, Froome). La prouesse serait même encore plus unique car le Colombien n'a que 24 ans et deviendrait alors le plus jeune à compléter la triple couronne du cyclisme. Après son succès en Italie, Bernal a repris la compétition le 31 juillet et sort d'un Tour de Burgos encourageant (38e au général mais 4e de l'étape-reine).

Richard Carapaz, un simple coéquipier ?

Le coureur d'Ineos-Grenadiers débarque sur la Vuelta en ayant déjà réussi sa saison. Troisième du Tour de France, il a surtout remporté l'épreuve en ligne des Jeux olympiques fin juillet, devenant le deuxième Équatorien de l'histoire à ramener une médaille d'or au pays. L'histoire étant déjà écrite, il est très probable qu'il endosse le rôle de coéquipier de luxe de Egan Bernal, qui a clairement fait du maillot rouge un objectif.

La forme physique de Carapaz sera également à suivre, lui qui a déjà beaucoup couru cet été. Mais tout de même, en cas de défaillance ou d'abandon de Bernal, "Richie" se retrouvera propulsé dans un rôle de leader qu'il a déjà connu sur la Vuelta. En 2020 il n'a terminé qu'à 24 secondes de Primoz Roglic à l'arrivée.  

Mikel Landa et Bahrain en embuscade

C'est peut-être l'outsider numéro un de ce 76e Tour d'Espagne. Vainqueur du Tour de Burgos, l'équivalent du Dauphiné pour la Vuelta, Mikel Landa a confirmé son regain de forme alors qu'il revient d'une fracture de la clavicule subie sur le Giro. Deux fois quatrième du Tour de France (2017, 2020) et une fois troisième du Giro (2015), le leader de la Bahrain-Victorious est un prétendant sérieux au podium sur les Grands Tours.

Cet été, il retrouve ses terres espagnoles six ans après sa dernière participation au Tour d'Espagne. Surtout, il sera le chef de file d'une équipe qui carbure cette saison mais s'est retrouvée dans le viseur de la justice lors du dernier Tour de France avec une perquisition à son hôtel. Bahrain-Victorious compte 21 succès cette année, dont cinq sur les Grands Tours. C'est donc une équipe en pleine confiance qui accompagne Landa dans son objectif ultime. 

Bardet, meilleur espoir tricolore

Romain Bardet sera le coureur à suivre chez les Tricolores. L'homme de la Team DSM sort d'un Tour de Burgos prometteur, où il a porté un maillot de leader pour la première fois de sa carrière. S'il est loin d'être favori pour la victoire finale, imaginer l'Auvergnat sur le podium est possible, même s'il faudra batailler face aux autres cadors. Guillaume Martin (Cofidis) sera, lui, de retour sur la Vuelta, un an après avoir remporté le maillot de meilleur grimpeur et réalisé six top 10.

Enfin, AG2R Citroën alignera deux Français qui pourront jouer les étapes en montagne : Geoffrey Bouchard, qui a décroché le maillot à pois sur le Giro 2021, et Clément Champoussin (23 ans) qui fait partie des promesses du cyclisme français et attend toujours sa première victoire chez les professionnels. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primoz Roglic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.