Covid-19 : conséquence des confinements en Chine, plusieurs compétitions sportives internationales annulées

C'est un dommage collatéral de la pandémie de Covid-19 en Chine : l'annulation en cascade des compétitions sportives. Le pays s'était pourtant positionné depuis 20 ans en géant du sport mondial, avec notamment l'organisation des jeux olympiques d'hiver à Pékin en février dernier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un concurrent du 3 000 m steeple chase lors du meeting d'athlétisme de la Ligue de diamant à Shanghai (Chine) le 17 mai 2015 (JOHANNES EISELE / AFP)

En quelques heures la semaine dernière, la Chine a annoncé l'annulation et le report des Jeux asiatiques, deuxième événement le plus important pour le pays après les JO d'hiver, et de l'universiade d'été (les jeux du sport universitaire). Le même jour, les organisateurs des deux meetings d'athlétisme de la Ligue de diamant, à Shanghai et Shenzen, annonçaient qu'ils n'auraient pas lieu.

Depuis trois mois, aucun événement sportif n'a pu se tenir. Avec sa politique du zéro Covid, la Chine ne veut plus faire d'exceptions, explique Jean-Loup Chappelet, professeur honoraire à l'université de Lausanne : "Ce sont des événements quand même beaucoup moins importants que les Jeux olympiques et paralympiques, et qui comportent plus de risques. Les Chinois ont préféré annuler." 

Inquiétude dans le monde sportif

Ces annulations en série soulèvent beaucoup de questions, notamment chez les organisateurs de compétitions, qui voyaient la Chine comme une terre d'accueil généreuse. Maintenant que le pays se ferme, sans doute durablement, il y a comme de l'inquiétude chez les instances sportives, estime le chercheur.

"Certaines fédérations sportives commencent à se faire du souci. Elles avaient déjà du mal à trouver des pays candidats."

Jean-Loup Chappelet

à franceinfo

"Quand on regarde les statistiques, poursuit-il, l'Europe et l'Amérique du Nord n'ont quasiment plus été candidates ces dernières années. Les fédérations allaient beaucoup en Asie, et en particulier en Chine, parce qu'il y avait une dimension économique intéressante."

La Chine qui s'isole, la Russie bannie à cause de la guerre en Ukraine... Pour de nombreux observateurs, le jeu (aller dans ces pays à l'avenir) n'en vaut certainement plus la chandelle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.