Euro 2021 : face à l'Italie, les Anglais veulent effacer un demi-siècle de désillusions

Après 55 ans d'attente, la sélection anglaise tient sa place en finale d'un tournoi international majeur, après avoir vécu son lot de désillusions.

Article rédigé par
Pauline Guillou - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Les supporters anglais dans les rues de Manchester après la victoire de l'Angleterre face au Danemark, en demi-finale de l'Euro 2021. (MI NEWS / NURPHOTO / AFP)

"Finally" écrivaient les journaux britanniques, au lendemain de la victoire de l'Angleterre face au Danemark, en demi-finales de l'Euro 2021. Après un an d'attente, d'incertitudes autour de la présence du public dans les stades, l'Angleterre touche son rêve du bout des doigts. Les Three Lions disputent leur première finale majeure depuis 55 ans et leur sacre en Coupe du monde 1966.

Entre temps, ils ont connu les montagnes russes. Années creuses entre 1966 et 1990, tirs au but malheureux, éliminations honteuses... Retour sur les déceptions anglaises en compétition majeure.

Coupe du monde 1990 : cruels tirs au but

Face à l'Allemagne de l'Ouest, le 4 juillet 1990, les Three Lions retrouvent les demi-finales de la Coupe du monde pour la première fois depuis leur sacre en 1966. Les deux tickets pour la finale du tournoi organisé en Italie se jouent aux tirs au but. Les Anglais tirent les premiers. Gary Lineker, Peter Beardsley et David Platt ne tremblent pas mais après eux, Stuart Pearce et Chris Waddle ne parviennent pas à trouver le chemin des filets. Les Three Lions sont éliminés (1-1, 3-4 t.a.b) et la Mannschaft est sacrée championne du monde quatre jours plus tard face à l'Argentine.

Euro 1996 : Southgate malheureux

Si l'aventure 2021 va au bout, l'histoire de Gareth Southgate à la tête de la sélection anglaise sera belle. Parce qu'il aura permis aux Three Lions d'ajouter un trophée dans leur armoire qui prenait la poussière depuis 1966, mais surtout parce qu'il aura chassé ses propres démons datant de 1996. Cette année-là, l'Angleterre reçoit l'Euro et rencontre (encore) l'Allemagne en demi-finales, six ans après la désillusion du Mondial 1990.

Encore une fois, les deux équipes ne peuvent se départager et c'est aux tirs au but que se joue la place en finale. Comme Pearce et Waddle en 1990, Southgate précipite l'élimination de son pays. À Wembley, le gardien allemand Andreas Köpke sort le tir un peu mou du défenseur de 26 ans. La Mannschaft s'impose ensuite en finale contre la République tchèque (2-1, a.p.).

L'Allemand Andreas Köpke stoppe le penalty de l'Anglais Gareth Southgate en demi-finale de l'Euro 96, à Londres (Royaume-Uni), le 26 juin 1996. (ROSS KINNAIRD / HULTON ARCHIVE / GETTY IMAGES)

Euro 2012 : la panenka de Pirlo brise le rêve anglais

La malédiction, toujours. Éliminés par le Portugal en 2004 et 2006 lors de deux cruelles séances de tirs au but, les Anglais connaissent encore la même sortie de route en 2012. Après un match face à l'Italie, sans génie, l'Angleterre paye le fait d'être venue sans plan de jeu ni réelle ambition. La sélection se fait éliminer de l'Euro par l'équipe de Mario Balotelli et Andrea Pirlo. Ce dernier sera l'un des hommes de la séance de tirs au but, qu'il illumine d'une jolie "panenka". Gianluigi Buffon détourne l'ultime tentative d'Ashley Cole et renvoie les Anglais à la maison.

Andrea Pirlo s'apprête à tirer son pénalty face au gardien Anglais Joe Hart, lors des quarts de finale de l'Euro 2012 à Kiev. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Euro 2016 : l'humiliation niçoise

Qualifiée pour les huitièmes de finale, l'Angleterre est piégée par l'Islande (1-2) et quitte (encore) prématurément l'Euro. Une nouvelle désillusion, celle de trop pour la presse anglaise qui se déchaîne. The Times inflige un 0/10 à toute la sélection. The Daily Telegraph parle même de la "plus grande humiliation de l'Angleterre". Ironie du sort, l'élimination des Three Lions de l'Euro intervient quatre jours après une autre sortie d'Europe : le Brexit.

En écho avec le référendum du 23 juin, l'ancien attaquant anglais Gary Lineker lance une série de tweets assassins. "Visiblement, on veut vraiment quitter l'Europe dans tous les domaines" écrit-il. "La pire défaite de notre histoire. l'Angleterre a été battue par un pays avec plus de volcans que de joueurs professionnels. Bien joué l'Islande", ajoute-t-il.

Coupe du monde 2018 : la renaissance inachevée en Russie

Le Three Lions arrivent à la Coupe du monde en Russie avec pour objectif d'effacer leurs mauvais souvenirs, et tenter de se racheter auprès du public. Avec Southgate aux commandes, ils se qualifient facilement en huitièmes de finale, puis sortent la Colombie aux tirs au but (enfin), et atteignent le dernier carré après une victoire contre la Suède (2-0). L'Angleterre semble avoir fait peau neuve mais se heurte à une Croatie plus ambitieuse (1-2, a.p.).

Après cette élimination, Harry Kane, meilleur buteur du tournoi avec six réalisations, ne cache pas sa fierté "d'être arrivé si loin". Son coéquipier Jordan Henderson donne même un avant-goût du parcours des Three Lions version 2021, en annonçant l'arrivée "de joueurs fantastiques". Face à la Belgique, les Anglais ne parviennent pas à arracher la troisième place du tournoi (0-2).

Les joueurs de la sélection croate célèbrent leur qualification en finale de la Coupe du Monde, face à l'Angleterre (2-1), le 11 juillet 2018 à Moscou. (SEBNEM COSKUN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Après un Euro itinérant, des tensions diplomatiques, des contaminations et un drame évité de justesse avec Christian Eriksen, Wembley, déjà incandescent pour les demi-finales, pouvait-il rêver d'une plus belle affiche pour clore 55 ans d'attente ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.