Cet article date de plus d'un an.

Tour de France 2021 : Pogacar, van der Poel, Démare... Les gagnants et les perdants de la première semaine

Pogacar intouchable, van der Poel ravi, Roglic en perdition... Les fortunes ont été diverses sur cette première semaine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Tadej Pogacar (à gauche) félicite Mathieu van der Poel après sa victoire à Mûr-de-Bretagne, le 27 juin. (DANIEL COLE / AFP)

Après neuf jours de course, le Tour de France a livré son premier verdict. Tadej Pogacar en est le grand gagnant avec Mark Cavendish et Mathieu van der Poel. En revanche, c'est la soupe à la grimace pour Primoz Roglic, Geraint Thomas et Arnaud Démare.

Pogacar, Cavendish, van der poel... Une semaine de rêve  

Tadej Pogacar déjà au sommet

Pas de tourisme pour le Slovène. Le vainqueur du Tour 2020 est venu défendre son titre et il a rapidement montré qu'il allait être difficile à déloger. En avance sur ses rivaux dès les premiers jours après avoir esquivé les chutes, il a fait la différence en deux temps. Sur le chrono plat de Laval remporté mercredi devant le spécialiste suisse Stefan Küng (Groupama-FDJ) et samedi lors de la première étape alpestre.

Dans le col de Romme, il a décroché tout le monde pour s'envoler vers le maillot jaune. Son horizon bien éclairci, il a montré à nouveau toute sa supériorité dans la montée vers Tignes dimanche, pour s'offrir une avance très confortable au classement général (2'01'' sur Ben O'Connor, 2e, et 5'18'' sur Rigoberto Uran, 3e). Seul un aléa de course ou un souci physique (chute, maladie...) semble pouvoir le priver d'un doublé. 

Au terme d'une étape très animée, Dylan Teuns s'est imposé en solitaire devant Ion Izagirre et Michael Woods. Tadej Pogacar, de son côté, a assommé le Tour de France en s'emparant de la tunique jaune. Ses principaux concurrents terminent à plus de 3 minutes. Le deuxième du général, Wout Van Aert, pointe à 1'48'' et Alexey Lutsenko, troisième est à 4'38''.

Mark Cavendish ressuscité

Ce Tour 2021 ne manque pas de belles histoires, mais celle de Mark Cavendish est peut-être la plus folle. L'homme aux 30 victoires d'étapes sur le Tour était en perdition depuis 2016. Tout proche d'arrêter sa carrière en fin de saison dernière, relancé chez Deceuninck-Quick Step, Cavendish ne devait pas prendre le départ. Mais le forfait de dernière minute de Sam Bennett lui a offert une place inespérée.

Peu de monde l'imaginait alors lever les bras à l'arrivée d'un sprint massif. Pourtant, le coureur de l'île de Man a non seulement signé un 31e succès sur le Tour, à Fougères (4e étape), mais également un 32e, à Chateauroux (6e étape), dix ans après sa première victoire. Le record d'Eddy Merckx, 34 victoires d'étapes, n'est plus très loin...

Van der Poel a réussi son pari

On vient, on gagne et on s'en va ! L'adage bien connu des sportifs amateurs a été repris à la lettre par Mathieu van der Poel. Pour son premier Grand Tour, le petit-fils de Raymond Poulidor s'est offert une victoire au panache à Mûr-de-Bretagne (2e étape) et six jours en jaune derrière. Joli symbole quand son aïeul n'avait jamais pu revêtir la mythique tunique. Dépossédé de son bien par Pogacar lors de la 8e étape, "MVDP" a ensuite décidé de se retirer pour viser le titre olympique de VTT à Tokyo. Un choix compréhensible pour le prodige qui sera "de retour l'année prochaine pour aller jusqu'à Paris", a-t-il promis.

Tour de France 2021 : le résumé de l'étape 2

Ineos, Roglic, Démare... Une semaine en enfer 

Ineos-Grenadiers en bande désorganisée 

Derrière Richard Carapaz, le désert. Avec trois vainqueurs de Grand Tour au départ de Brest, Ineos-Grenadiers espérait offrir une concurrence sérieuse à Tadej Pogacar. Une semaine après, cette ambition a volé en éclats. Geraint Thomas, sacré sur la Grande Boucle en 2018, a lourdement chuté sur la 3e étape et pointe à la 28e place, à 39 minutes de Pogacar. Vainqueur du Giro 2020, Tao Geoghegan Hart est porté disparu (86e, à 1h et 17 minutes). Seul coureur à avoir suivi l'attaque de Pogacar dans le col de Romme, sur la 8e étape, Carapaz n'aura tenu qu'une centaine de mètres derrière le Slovène. Cinquième du classement général, à 5'33'' du maillot jaun, il représente la dernière chance de podium pour sauver le Tour de la formation britannique. 

Primoz Roglic ne verra pas Paris

Le duel slovène n'a pas eu lieu. Après avoir perdu le Tour de France 2020 sur l'avant-dernière étape, Primoz Roglic n'aura même pas eu le temps d'y croire cette année. Sa lourde chute sur la 3e étape a transformé cette première semaine en calvaire. L'ancien sauteur à skis a porté sa croix jusqu'au Grand-Bornand, après une dernière journée dans le gruppetto. Une fois arrivé dans les Alpes, à l'issue d'une 8e étape terminée à l'antepénultième place, Roglic a rendu son dossard.  

Tour de France : plusieurs chutes surviennent au cours de la troisième étape
FRANCE 2

Arnaud Démare, retour perdant

Si Mark Cavendish savoure, les autres sprinteurs du peloton ne doivent pas forcément apprécier sa résurrection. De retour sur le Tour de France pour la première fois depuis 2018, Arnaud Démare n'a pas pu saisir sa chance. Pire, il n'a terminé qu'une seule fois dans le top 5 d'un sprint (154e à Pontivy, 46e à Fougères, 4e à Châteauroux). Le triple champion de France a vu son lieutenant Ignatas Konovalovas abandonner sur chute dès le premier jour, est lui-même tombé lors de la 3e étape, puis a vu son poisson-pilote Jacopo Guarnieri chuter avant le final à Châteauroux. Son Tour de France s'est achevé dans les Alpes. Piégé par la pluie et le froid des cols de la 9e étape, Démare n'a pas réussi à atteindre Tignes dans les délais. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.