Tour de France 2021 : Mark Cavendish renoue avec la victoire en s'imposant au sprint, le peloton lève le pied

Journée plus calme sur le Tour de France, mardi, où Mark Cavendish s’est imposé au sprint pour la 31e fois de sa carrière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mark Cavendish lève les bras pour la 31e fois sur le Tour de France, le 29 juin 2021 à Fougères. (GUILLAUME HORCAJUELO / AFP)

Après le chaos des premiers jours, le Tour de France a connu une vraie journée de transition, sans heurts. Lancée par un mouvement de protestation où les coureurs ont brièvement mis pied à terre pour instaurer un dialogue sur la sécurité, la 4e étape s'est terminée par un sprint massif, mardi 29 juin.

Comme en 2015, Mark Cavendish (Deceuninck-Quick Step) s'est montré le plus rapide à Fougères, devant Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic) et Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix). C'est la 31e victoire d'étape du Britannique sur la Grande Boucle, cinq ans après son dernier succès. Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) reste leader à la veille du contre-la-montre en Mayenne où son maillot jaune pourrait vaciller.

De l'émotion. Juste de l'émotion. Entre la détresse de Brent Van Moer, avalé par le peloton à moins de 200 mètres de l'arrivée, et les poings levés de Mark Cavendish, plus qu'une simple mesure métrique, un concentré de tout ce qui fait le sel du sport et des belles histoires du Tour de France. D'un côté, l'audace non récompensée d'un anonyme du peloton, déjà en vue sur le Dauphiné, parti de loin après la pause symbolique en réponse aux chutes des derniers jours, et de l'autre l'une des figures du Tour et accessoirement son coureur le plus prolifique encore en activité.

Tour de France 2021 : le résumé de l'étape 4

Cavendish sur son 31

Le dernier Tour de France de Cavendish s'était terminé sur un abandon à Vittel en 2017 avec le coude de Sagan dans la mâchoire et le corps très amoché, projeté dans une barrière lors du sprint final. Passé par une grosse dépression l'an dernier et une invitation de dernière minute après le forfait de Sam Bennett, le Cav' s'est rappelé aux bons souvenirs de la Grande Boucle dans un sprint limpide. Presque un copier-coller de sa victoire de 2015 au même endroit du temps de sa splendeur.

"L'année dernière a été difficile, a reconnu le sprinteur britannique après l'arrivée. J'étais au fond du trou. J'espère que mon histoire permettra à d'autres personnes de s'en sortir. Il ne faut jamais abandonner." Ce succès en terre bretonne met Cavendish sur son 31, à trois unités d'Eddy Merckx, recordman des victoires d'étape sur la Grande Boucle (34). Le voilà aussi maillot vert, une tunique qu'il avait portée jusqu'à Paris en 2011. 

Mark Cavendish : "J'espère que mon histoire saura insuffler de l'espoir"

Quel drôle de symbole que de voir le Britannique mettre, provisoirement ?, fin aux turbulences de ce début de Tour, lui qui en a été l'enfant terrible avec ses frasques et ses chutes. Cette fois, la journée s'est déroulée sans accroc aux cuissards. Brent Van Moer (Lotto Soudal) et Pierre-Luc Périchon (Cofidis) avaient décidé d'animer la course en se lançant dans un numéro garanti sans succès.

Il s'en est pourtant fallu de très peu pour que le Belge déjoue tous les pronostics. Après avoir lâché le rouleur de Cofidis à 14 km du but, Van Moer a opposé une superbe résistance au peloton. À 5 km de l'arrivée, il possédait encore 50 secondes d'avance. Mais dans un final en faux-plat montant, les derniers mètres ont été de trop pour le jeune Belge, au grand bonheur de Cavendish. Parfaitement amené par son équipe, l'Express de l'île de Man en a profité pour rappelé qu'il sonne toujours deux fois en gare de Fougères.

Mark Cavendish s'impose à Fougères devant Nacer Bouhanni

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tour de France 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.