Wimbledon 2024 : Alcaraz et Sinner favoris, un tableau féminin plus ouvert, des Français en quête d'exploit... Les forces en présence sur le gazon

Troisième levée du Grand Chelem, le tournoi de Wimbledon commence lundi.
Article rédigé par Baptiste Royer
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
L'Italien Jannik Sinner lors de son huitième de finale face à Carlos Alcaraz, le 3 juillet 2022, à Wimbledon. (JOHN WALTON / MAXPPP)

Dans l'antre de la tradition. Le tournoi de Wimbledon, qui débute lundi 1er juillet, accueille, sur le gazon londonien, la troisième levée du Grand Chelem. Novak Djokovic, blessé au genou droit lors de son huitième de finale à Roland-Garros, sera bien présent pour tenter de décrocher un huitième sacre, et ainsi égaler le record de Roger Federer. Mais il n'est pas le seul à avoir de l'ambition, chez les hommes comme chez les femmes. Tour d'horizon avec Arnaud Clément, ancien 10e mondial et consultant franceinfo: sport.

Alcaraz et Sinner incontournables chez les hommes

Statut de numéro 1 mondial oblige, Jannik Sinner (22 ans) fait partie des grand favoris à Londres. Demi-finaliste l'année dernière à Wimbledon, et récent vainqueur du tournoi de Halle, l'Italien a déjà montré ses qualités sur la surface. "À Halle, il a pris beaucoup de plaisir à jouer, observe Arnaud Clément. C'était son premier tournoi en tant que numéro un mondial, ce qui peut être une pression supplémentaire. Mais Jannik a très bien géré, il a joué avec le sourire et a marqué des points exceptionnels pour aller chercher cette victoire." 

Mais pour remporter le deuxième Grand Chelem de sa jeune carrière, l'Italien devra franchir de gros obstacles (la tête de série n°13 Ben Shelton en 8es de finale, Daniil Medvedev ou Grigor Dimitrov en quarts), et être en mesure de battre Carlos Alcaraz (21 ans), brillant vainqueur à Londres l'année dernière qu'il pourrait retrouver en demi-finale. À l’aise sur tous les courts, le numéro 3 mondial est devenu le plus jeune joueur à s'imposer sur toutes les surfaces, début juin à Roland-Garros. Malgré un démarrage sur gazon poussif avec une défaite en huitièmes de finale du tournoi du Queen's, l'Espagnol reste donc l'un des deux grands favoris de ce Wimbledon. "Ces deux joueurs [Alcaraz et Sinner] sont déjà au-dessus des autres, et ils ont encore une marge de progression importante" acquiesce Arnaud Clément. 

Dans l'autre partie de tableau, Novak Djokovic, si son genou n'est plus un tracas, va pouvoir monter en régime tranquillement. Il aura un possible 3e tour contre Holger Rune (n°15), un 8e face à Hubert Hurkacz (n°7) ou Alex De Minaur (n°9), et une demi-finale face à Alexander Zverev (n°4).

Un tableau plus ouvert chez les femmes

Imprenable sur la terre battue de Roland-Garros, où elle s'est imposée pour la quatrième fois cette année, Iga Swiatek est beaucoup moins dominatrice sur le gazon de Wimbledon. "Elle a un avantage énorme sur terre battue, notamment de par sa qualité de déplacement, mais les choses se nivellent un peu quand elle arrive sur gazon, explique Arnaud Clément. La concurrence est rude, et je ne pense pas que l'on puisse la voir enchaîner les matchs aussi facilement."

La Polonaise n'ayant jamais dépassé les quarts de finale du tournoi, d'autres peuvent rêver. Parmi les principales prétendantes au titre, la Kazakhstanaise Elena Rybakina, vainqueure de l'édition 2022, la numéro 3 mondiale Aryna Sabalenka, victorieuse à l'Open d'Australie en début d'année, ou encore la Tunisienne Ons Jabeur (finaliste l'année dernière), tenteront de succéder à la Tchèque Markéta Vondrousova, qui, pour la défense de son sacre, pourrait défier la numéro 1 mondiale dès les quarts de finale.

Humbert, Mannarino et Garcia attendus chez les Français

Huitième de finaliste de Wimbledon en 2019, où il a obtenu son meilleur résultat en Grand Chelem, Ugo Humbert représente la meilleure chance française dans le tournoi londonien. "Quand on voit le niveau auquel il a pu jouer en début d'année, je ne serai pas surpris de le voir en quart ou en demi-finale", avance Arnaud Clément. Très à l'aise sur gazon, le numéro 1 français, (16e au classement ATP), demi-finaliste à Bois-le-Duc, samedi 15 juin, avait remporté le tournoi de Halle en 2021. Pour s'offrir le plus beau titre de sa jeune carrière, le Messin avait dominé le Russe Andrey Rublev, alors n°7 mondial.

Lui aussi reverdit sur surface rapide. Adrian Mannarino (20e), déjà titré à deux reprises sur gazon (Bois-le-Duc en 2019 et Newport en 2023), rêve de se qualifier une quatrième fois en deuxième semaine du tournoi londonien. Mais il défie son compatriote Gaël Monfils dès le 1er tour, après n'avoir gagné qu'un match lors des trois tournois qu'il a disputés sur gazon cette saison.

Que doit-on attendre de Caroline Garcia ? La numéro 1 française (21e WTA) n'a pas encore joué cette année sur gazon. Lauréate de trois titres sur cette surface, l'ancienne numéro 4 mondiale, en manque de repères avec seulement deux victoires en Grand Chelem en 2024, reste tout de même l'une des meilleures chances françaises à Wimbledon. "Caroline (Garcia) est capable du meilleur, assure Arnaud Clément. Elle a un jeu très offensif, parfois irrégulier, mais elle est tout à fait capable de se qualifier en deuxième semaine." Pour elle, le tirage n'a pas été tendre puisqu'elle pourrait croiser la route d'Iga Swiatek dès les 8es de finale. La chance n'est pas non plus du côté de Diane Parry, demi-finaliste du tournoi de Nottingham en juin et qui a réalisé les meilleures performances dans le camp tricolore sur le gazon. La 52e mondiale a hérité, dès le 1er tour, de l'ancienne n°1 mondiale, Naomi Osaka.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.