Rugby : ce qu’il faut savoir sur l'entrée en lice des clubs français en coupe d'Europe

Vendredi soir, le Racing 92 ouvre le bal des clubs français en Champions Cup face à Northampton, tandis que le LOU affronte Gloucester en Challenge européen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Les Toulousains, Chelsin Kolbe et Rynhardt Elstadt, célèbrent leur victoire en Champions Cup contre les Rochelais, le 22 mai 2021.  (MI NEWS / NURPHOTO via AFP)

Le rugby français restera-t-il roi de l'Europe ? La soirée du vendredi 10 décembre signe le début des joutes pour s'emparer des couronnes glanées lors des éditions précédentes par le Stade Toulousain en Champions Cup et Montpellier en Challenge européen. Prétendants au titre et outsiders, le Covid-19 comme facteur X, on vous dit tout sur les éditions 2021-2022 des coupes européennes.

Toulouse veut défendre son titre

Il est le premier nom qui vient à l'esprit quand on imagine qui soulèvera le trophée de la compétition reine : le Stade Toulousain. Il est le grand favori à sa propre succession en Champions Cup. Sacrés champions de France et d'Europe l'an passé après avoir dominé le Stade Rochelais par deux fois en finale, les coéquipiers d'Antoine Dupont – prétendant au titre de meilleur joueur du monde – abordent cette édition "avec beaucoup d'ambition", assurait l'ouvreur international Romain Ntamack pour Rugbyrama. "On a un titre à défendre." Malgré le revers à Bordeaux le week-end dernier (17-7), Toulouse propose un début de saison très solide (2e, 9 victoires, 3 défaites). Les joueurs d'Ugo Mola doivent débuter sa potentielle épopée contre les Gallois de Cardiff, samedi.

En ce début de saison, un autre larron a retenu notre attention. Difficile de ne pas mettre une pièce sur les incontournables Irlandais du Leinster (quadruple champions d'Europe) qui avaient affrontés les Anglais des Saracens (triple champions d'Europe et sérieux prétendant au sacre en Challenge européen cette saison) lors de la finale 2019. Ces derniers sont respectivement leaders de Pro 14 et dauphin de Premiership. Meilleure attaque du championnat, le Leinster portée par une nouvelle génération déjà bien huilée n'est tombé qu'une fois cette saison contre Ulster et se présente comme le deuxième gros épouvantail de la compétition.

Leicester, Bordeaux… ces outsiders à l'affut

L'Union Bordeaux-Bègles affronte Leicester dans le choc de cette première journée de Champions Cup (à suivre samedi à 16h15 sur France 2). Il y a là deux équipes qui pourraient bousculer les pronostics. D'un côté l'UBB, leader du Top 14, toujours en quête d'un premier sacre pour auréoler sa progression ; de l'autre, les Tigers de Leicester (sacrés en 2001 et 2002), leaders invaincus de Premiership qui espèrent redorer le blason d'une équipe plombée par des années de disette. Les coéquipiers de l'international anglais George Ford ont fait le plein de confiance l'an passé en se hissant en finale du Challenge européen où ils s'étaient inclinés contre Montpellier d'un petit point.

Même s'il a pour le moment du mal à digérer sa saison 2020-2021 exceptionnelle, il ne faut pas oublier le Stade Rochelais, finaliste malheureux l'année passée. Cinquièmes du championnat avec six matches gagnés pour autant de perdus, les joueurs de Ronan O'Gara, jusqu'à présent très inconstants, pourraient en profiter pour se remettre la tête à l'endroit. Face à des adversaires à leur portée comme Glasgow (à suivre dimanche 16h15 sur France 2), puis Bath, les Rochelais sont capables de véritablement lancer leur saison avant de venir jouer les troubles fêtes.

Le Covid-19 comme facteur X

Matchs annulés, remportés sur tapis vert, refus de jouer et match perdu, les éditions 2020 n'avaient pas pu échapper au coronavirus et à quelques situations ubuesques. Les éditions 2021 ne sont d'ores et déjà pas épargnées. Isolés à cause de cas positifs après leur passage en Afrique du Sud, les llanelli Scarlets ont été contraints de déclarer forfait pour leur premier match contre Bristol. Pour s'assurer que les rencontres puissent se tenir malgré le variant Omicron et éviter la pagaille de l'an passé, l'EPCR – organe dirigeant des compétitions – a choisi de permettre aux clubs un nombre de joueurs illimité en coupe d'Europe. Les vainqueurs seront aussi ceux qui parviendront le mieux à se faufiler entre les gouttes.  

Qu'attendre des clubs français en Challenge européen ?

Oui la petite coupe d'Europe est parfois boudée par les clubs. Les pensionnaires de Top 14 préfèrent souvent éviter d'y laisser des plumes pour se laisser toutes les chances de performer en championnat, néanmoins une fois la phase de poule passée elle peut leur permettre de sauver leur saison. C'était le cas de Montpellier, tenant du titre, après avoir dominé Leicester (18-17). Dixième en championnat au terme d'une saison extrêmement poussive marquée par le limogeage de son entraîneur Xavier Garbajosa, le MHR a su profiter de la confiance glanée pour mieux aborder cette nouvelle saison. Après douze journées de championnat, le voilà à la troisième place derrière l'UBB et Toulouse.

Si des clubs comme Biarritz, Perpignan, Brive ou encore Pau, potentiellement plus concernés par une lutte pour le maintien en championnat, devraient éviter de se jeter à corps perdu dans la compétition, d'autres comme Toulon (11e) et le Lou (4e) semblent mieux armés pour aller y chercher un nouveau souffle et de nouvelles ambitions. La campagne de Lyon débute vendredi par un match face à Gloucester (à suivre sur france 4 à 21 heures). Pour Toulon, il faudra patienter jusqu'au 17 décembre et la réception du Zebre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Challenge Cup

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.