Rugby : le Stade toulousain sacré champion d'Europe pour la cinquième fois après sa victoire contre La Rochelle

En supériorité numérique pendant plus de 50 minutes, Toulouse a décroché son 5e titre européen samedi face à La Rochelle (22-17).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La joie des Toulousains, vainqueurs de La Rochelle en finale de la Coupe d'Europe de rugby, le 22 mai 2021 à Twickenham. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Le Stade toulousain a souffert mais il est de nouveau champion d'Europe, onze ans après son dernier sacre. Face à des Rochelais réduits à 14 dès la 28e minute de jeu, les Rouge et Noir ont su se montrer patients pour remporter samedi 22 mai leur cinquième Coupe d'Europe (22-17) devant les 10 000 spectateurs autorisés à Twickenham. 

Peu importe le flacon, du moment qu'on ait l'ivresse. L'ivresse des hauteurs, Toulouse ne l'avait donc plus connue depuis 11 ans. Alors les Rouge et Noir ne bouderont-ils pas leur plaisir, quand bien même cette finale ne fut pas celle espérée par les esthètes du jeu. Les hommes d'Ugo Mola ont su, et ce n'est pas le moindre de leurs mérites, freiner leur penchant pour le galop pour mieux gérer le trot du match. Même si les chevaux se sont dangereusement emballés lors de dernières minutes irrespirables. 

La pluie, incessante sur le gazon de Twickenham, n'avait pas arrêté les trente pèlerins. Dès les toutes premières minutes, les deux formations s'engageaient dans cette finale avec un franc enthousiasme, mais la bonne volonté ne suffit pas toujours. Les défenses annihilaient les rares incursions dans les 22 mètres adverses et il fallait s'en remettre à Romain Ntamack et Ihaia West, les artificiers désignés, pour faire frétiller le tableau d'affichage. 

Le soleil, et surtout un terrible fait de jeu, auraient pu décanter cette partie bouchonnée. À la 28e minute, alors que les deux équipes étaient à égalité 6-6, le centre rochelais Botia percutait Médard avec un plaquage haut d'une violence assez extrême. Le visionnage vidéo de l'action ne laissait planer aucun doute, le carton jaune donné au Fidjien n'était que provisoire. Il ne pouvait que virer au rouge. 

VIDÉO. Botia voit rouge, le tournant

Le Rochelais Levani Botia est expulsé après un plaquage dangereux sur Maxime Médard

À 14 contre 15 tandis qu'il restait 50 minutes à jouer, les Maritimes ne baissaient pourtant pas pavillon. Au contraire, ils repartaient à l'abordage avec une cohésion et une puissance décuplée. Face à des Toulousains qui ne savaient pas trop comment prendre ces Rochelais, ni imposer leur traditionnel jeu au large, les partenaires d'Alldritt viraient même en tête à la pause grâce à botte d'Ihaia West (12-9). La question était de savoir s'ils parviendraient à tenir physiquement lors des 40 prochaines minutes...

Mallia, le sauveur inattendu 

Le début de la seconde période donnait un début de réponse avec ce coup de pied à suivre magistral d'Antoine Dupont pour Cheslin Kolbe, l'ailier sud-africain payant une fraction d'hésitation qui lui valait d'être éjecté en touche juste avant la ligne (45e). L'avertissement n'était pas sans frais. Il n'en faut pas beaucoup à ces Toulousains qui savent, mieux que quiconque, profiter de la moindre faille. Une passe sautée de Ntamack suffisait à déséquilibrer le fort rochelais et Mallia s'engouffrait dans la brèche (12-17, 60e). Lui, le centre argentin que personne n'attendait vraiment, devenait soudainement le héros de tout un peuple. 

VIDÉO. L'essai de la victoire pour le Stade Toulousain

Juan Cruz Mallia inscrit le premier essai de la partie pour Toulouse !

On ne saura jamais comment cette finale se serait terminée si La Rochelle avait joué à 15 contre 15 pendant toute la durée du match. Ni si West n'avait pas manqué trois coups de pied en cours de route (huit points égarés sur trois poteaux !). Cela ne ferait que raviver les regrets rochelais. Ce que l'on sait, en revanche, c'est que ces derniers se sont battus jusqu'au bout avec l'énergie du désespoir et que cela a failli suffire à créer un exploit insensé. 

L'essai de Tawera Kerr-Barlow, à sept minutes du terme (17-22), a fait basculer cette fin de match, que Toulouse maîtrisait plutôt sereinement, dans une autre dimension. Mais, au courage, les coéquipiers d'un Dupont encore étincelant, ont su préserver leur avance pour aller chercher cette cinquième couronne européenne, dépassant le Leinster pour devenir le club le plus titré de la compétition. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Stade Toulousain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.