Ligue des champions : le Bayern en costaud, la surprise Sheriff et Haller puissance 6... le bilan des matchs aller

A mi-parcours, la phase de poules de Ligue des champions offre son lot de certitudes et de surprises.

Article rédigé par
Elio Bono - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Robert Lewandowski, Kingsley Coman et le Bayern Munich survolent le groupe E de Ligue des champions. (PEDRO FIUZA / NURPHOTO)

Avant les vacances de la Toussaint, l'heure des examens de mi-semestre a sonné pour les clubs engagés en Ligue des champions. Après trois journées, plusieurs tendances se dégagent de cette phase de poules. Franceinfo vous propose un baromètre du début de la compétition.

Le mastodonte : mais où s'arrêtera le Bayern ?

"Temps d'adaptation". Voilà une formule qui ne figure pas dans le vocabulaire de Julian Nagelsmann. Arrivé cet été sur le banc du club bavarois, l'ancien coach de Leipzig a immédiatement imposé sa patte. Les résultats ne peuvent pas être plus parlants : après une démonstration chez des Barcelonais moribonds (3-0), le Bayern a pédalé sur le Dynamo Kiev (5-0). Ce fut - un peu - plus laborieux contre un Benfica accrocheur, mercredi.

Le club allemand s'est montré patient à Lisbonne, avant d'en inscrire quatre à la suite en fin de match (4-0). De là à faire du Bayern un super-champion ? Pour l'heure, c'est incontestablement la machine la mieux rodée de la compétition. L'infatigable Robert Lewandowski a déjà inscrit 5 buts en C1, tandis que Leroy Sané compte 3 réalisations et autant de passes décisives.

La surprise du chef : le Sheriff sous une bonne étoile

Personne n'aurait misé un sou sur le Sheriff Tiraspol. Pour sa première participation en Ligue des champions, le club de Transnistrie - région séparatiste moldave - a hérité du gros lot, avec le Real Madrid, l'Inter Milan et le Shakhtar Donetsk. Match après match, le Sheriff et son effectif cosmopolite a surpris. Solide face aux Ukrainiens (2-0), les Moldaves ont créé la sensation en s'imposant en Espagne (2-1).

L'Inter a mis fin à l'invicibilité des joueurs de Yuriy Vernydub mardi (1-3), mais le Sheriff occupe la première place du groupe à mi-parcours. Suffisant pour rester européen au printemps ? Le club a l'avantage de recevoir l'Inter et le Real, qui pourraient laisser des plumes à Tiraspol. Surtout, les cinq points d'avance sur le Shakhtar devraient, sauf réveil tonitruant des Ukraniens, permettre au club du championnat du Moldave d'accrocher a minima la troisième place. Et ainsi être reversé en seizièmes de Ligue Europa.

Le joueur : Sébastien Haller et l'Ajax brillent

Devant Mohamed Salah et Robert Lewandowski, le meilleur buteur de Ligue des champions répond au nom de Sébastien Haller. Formé à l'AJ Auxerre puis passé par l'Eintracht Francfort et West Ham, l'attaquant a inscrit six buts en trois matches sous les couleurs de l'Ajax. Dont un délicieux quadruplé, sur la pelouse du Sporting en ouverture (5-1).

A 27 ans, l'international ivoirien s'éclate au sein d'une équipe emballante. Avec neuf points en trois matches, l'Ajax devrait rallier le tour suivant sans souci. Le club néerlandais fera-t-il aussi bien que sa campagne mémorable de 2019 ? La démonstration contre le Borussia Dortmund mardi (4-0) donne en tous cas une idée du potentiel offensif amstellodamois.

La déception : l'AC Milan, tout ça pour ça...

Sept ans que les tifosi rossoneri n'avaient pas entendu l'hymne de la Ligue des champions. Autant dire, une éternité pour un club titré sept fois dans la compétition. Pour l'heure, l'AC Milan a perdu ses trois matches et ne fait guère honneur à son passé prestigieux. Dans un groupe très costaud, Milan peut regretter la défaite sur un penalty concédé dans les arrêts de jeu contre l'Atlético de Madrid (1-2). Mais les joueurs de Stefano Pioli ont manqué de mordant pour ramener des points à l'extérieur (défaites à Liverpool et Porto).

L'AC Milan n'a pas été aidé par la ribambelle de blessés (Zlatan Ibrahimovic, Mike Maignan en plus de Théo Hernandez et Brahim Diaz atteints du Covid-19). Reste que le zéro pointé à l'issue des rencontres aller hypothèque très sérieusement les chances de qualification. Les Milanais peuvent néanmoins s'inspirer de leurs voisins de l'Atalanta, qui ont arraché leur place en huitièmes en 2019-2020 dans la même situation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.